change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - cracovie 2009 contactsnewsletterlink

  

Le livre pour préparer le repas de Noël avec la Communauté de Sant’Egidio est disponible en ligne en cinq langues

A partir d’aujourd’hui, il est possible de télécharger gratuitement la version numérique du livre « Le repas de Noël » en anglais, en français, en espagnol, en portugais, en indonésien.

1er décembre, journée mondiale de lutte contre le SIDA 2016. Pour l’avenir de l’Afrique

Le programme DREAM : 300 000 personnes en soins, 46 centres de santé, 5000 professionnels formés

30 novembre : Villes pour la vie contre la peine de mort

Tous les rendez-vous et les modalités de participation, à Rome et dans le monde. La carte des villes, les dernières nouvelles, le spot. Consultez cette page pour les mises à jour et partagez-la.

SIDA, le prix Antonio Feltrinelli de l’Accademia dei Lincei attribué au programme DREAM

Le 11 novembre, le prix récompensera une « entreprise exceptionnelle à haute valeur humanitaire »

COULOIRS HUMANITAIRES, notre réponse à la guerre en Syrie

C’est ce qu’a déclaré Andrea Riccardi à la conférence de presse d’accueil des réfugiés arrivés ce matin. VOIR LA VIDEO ET LES PHOTOS

Bienvenue ! Ils sont arrivés, depuis le Liban et la Syrie, par les couloirs humanitaires. Suivez en ligne la conférence de presse à 11h

Les 72 premiers réfugiés sont arrivés, parmi lesquels de nombreux enfants. Un autre groupe arrivera demain. Pour eux, un voyage sûr et un grand accueil. Ils seront reçus d’ici peu par le ministre Gentiloni, Andrea Riccardi et d’autres.

Arrivée de 130 autres réfugiés fuyant la guerre en Syrie et le trafic d’êtres humains, grâce aux couloirs humanitaires !

Nous suivrons l’événement à travers nos réseaux sociaux au cours de la matinée de lundi : Facebook, Instagram, Twitter

Mémoire de la déportation des juifs de Rome du 16 octobre 1943 : une racine d’humanité contre l’indifférence

Pas d’avenir sans mémoire : la commémoration organisée par la Communauté de Sant’Egidio et par la communauté juive de Rome. LA VIDÉO ET LES IMAGES

10 octobre, Journée mondiale contre la peine de mort. Les initiatives de Sant’Egidio, du Japon aux prisons italiennes

La campagne s’intensifie en vue du vote à l’ONU pour le moratoire

Sant’Egidio et le Mozambique, l’histoire d’une paix (et d’une amitié) qui fête aujourd’hui ses 24 ans

Des pourparlers pour la fin de la guerre civile au programme pour le soin du SIDA, en passant par l’inscription à l’état civil, la lutte contre la malnutrition. Aujourd’hui, aux côtés de la « génération de la paix »

Dimanche 2 octobre, fête des grands-parents ; en photos, la beauté d’une alliance entre les générations

Célébrons la fête des grands-parents avec les meilleures photos sélectionnées dans les différentes éditions du Concours photo « Vive les aînés ! »

DIRECT La visite du Pape François à Assise et la cérémonie finale de la rencontre "Soif de paix"

Les religions mondiales à Assise: une voix à la soif de paix des peuples

La Réunion internationale pour la paix se tiendra du 18 au 20 Septembre, 30 ans après la prière historique de Jean-Paul II
05/12/2016
Prière pour les pauvres

La prière chaque jour


 
version imprimable
7 Septembre 2009 16:30 | Hotel de Ville de Cracovie – Salle A

Intervention



Michel Camdessus


Gouverneur honoraire de la Banque de France

    L’occasion m’a été donnée hier de vous dire ma conviction que la gravité de cette crise ne peut s’expliquer sans se référer à la crise culturelle que traverse nos sociétés, cette « exigence d’autonomie qui ne veut pas tolérer d’influences de caractère moral » sur la vie économique et qui aboutit à une idolâtrie de l’argent-roi finalement destructrice du système dans lequel nous vivons.
    J’aimerais ce matin être plus concret et vous montrer comment cette crise s’est développée dans un constant mélange d’erreurs techniques et de fautes morales. Nous verrons ensuite sur quelle base on pourrait tenter de construire un système au service du bien commun mondial.

*
*       *

Crise spirituelle et crise économique

    Essayons donc de voir comment cette crise culturelle et spirituelle a conduit à un relâchement éthique qui explique cette incroyable combinaison d’erreurs techniques et de fautes morales que l’on retrouve à toutes les étapes du déroulement de la crise.

    Voici quelques exemples.

    Il est contraire à toute éthique de consentir des prêts risqués à des personnes dont la solvabilité est loin d’être établie et dont on sait qu’il suffira que les taux d’intérêt augmentent un peu trop ou que le marché immobilier se retourne pour qu’elles soient amenées à tout perdre : la maison qu’elles avaient achetée, les épargnes qu’elles y avaient investies et leurs rêves de vie. Or, c’est ce qui s’est passé. On oublie trop que trois millions de familles, et probablement plus, ont subi ce sort-là aux États-Unis. Le régime instauré à leur égard, sous le couvert de bonnes intentions, était, en effet, irresponsable et, j’ose dire, criminel .

    Il est contraire à toute morale de vendre aux épargnants des instruments financiers mélangeant du subprime à haute rémunération, parce que risqué, à des titres ordinaires et classiques du marché monétaire, sans révéler exactement quelle est la composition du cocktail et sans jamais informer ceux qui allaient acheter ces instruments « dynamiques », comme on disait, des risques véritables qu’ils prenaient en les acquérant. Beaucoup de banquiers m’ont confié qu’eux-mêmes ne savaient pas très bien ce que contenaient ces produits ou quel en était le risque.

    Il y a aussi manquement à l’éthique de la part des régulateurs et des autorités financières à laisser se développer un climat dans lequel la recherche de la maximisation des profits à court terme était la seule loi, et où l’on encourageait, par le régime des rémunérations, la frénésie des vendeurs de titres et l’imagination parfois délirante de l’ingénierie financière. Tout ceci était laissé la bride sur le cou. Dans beaucoup d’établissements financiers, ceux qui évaluaient les risques et qui avaient autrefois le dernier mot, ont vu leur influence réduite au profit des vendeurs de produits financiers et de tous ceux qui contribuaient à maximiser les profits à court terme. La banque était ainsi subrepticement subvertie. Tout ceci était contraire aux règles les plus fondamentales de l’économie de marché telle qu’elle a été conçue à l’origine. Son fondateur, Adam Smith, explique en effet que le marché rend les plus grands services, même s’il est fondé sur l’avidité individuelle, à condition que chacun de ses acteurs modère sa propre avidité, se soucie du bien de sa communauté et que les arbitres soient justes et intelligemment diligents. Ces principes ont été de plus en plus oubliés au profit d’une seule et unique règle : la maximisation des profits immédiats.

    Avec quelque recul, nous percevons le côté immoral de ces agissements. Nous discernons mieux combien ils sont fondés sur le mensonge et la recherche de l’intérêt immédiat de quelques uns au mépris cynique des intérêts de tous les autres et notamment des plus faibles. On discerne au passage combien est opportune la dernière Encyclique du Pape rappelant les principes de l’enseignement social chrétien -destination universelle des biens et primat de l’homme sur le capital- et appelant un système où les transactions économiques se fonderaient sur la justice et feraient leur part au don, dans le respect de la vérité.

    Cette crise est enracinée dans le terreau d’une culture collective dominée par la course à l’argent. Elle ne peut donc être éradiquée que si ce terreau culturel est, lui aussi, profondément retourné. Tâche immense de reconstruction culturelle et éthique du « village global » ; tâche nécessairement collective et à tous les niveaux car chacun pressent que le monde ne sera plus comme avant.

    Affronter cette culture de l’avidité qui a régi tant de nos comportements, serait-ce un effort utopique ? Certains nous le disent, rappelant qu’elle a sa source au plus profond du cœur de l’homme et que le fléau de cette cupidité ressurgira constamment. Mais c’est au cœur de l’homme que nos messages s’adressent. A nous donc surtout de démontrer par nos vies que le bonheur de l’homme passe par une culture de l’être et de la fraternité, et non de l’avoir, d’imaginer des structures du bien et de contribuer à les substituer à celles dont aujourd’hui nous percevons la perversité.

Comment ?

    Deux attitudes m’apparaissent essentielles :
-    Nous arracher d’abord à tout déni de nos responsabilités. Dépassant la dénonciation trop facile et stérile de « boucs émissaires », chacun, homme ou institution, doit sortir du déni de ses propres responsabilités. Nul  -ni les chrétiens, ni l’Église elle-même-  ne peut s’en dispenser. Tous, nous devons faire retour sur nous-mêmes et sur nos choix passés pour pouvoir changer et nous tourner vers plus de frugalité, de solidarité, de gratuité et d’engagement au service des autres.
 
-    Nous mobiliser tous ensemble au service d’un bien commun mondial dont une finance devenue servante ne serait qu’un des instruments. Les efforts des gouvernements du G20 et les autres pour hâter la sortie de crise sont méritoires ; ils n’atteindront leurs buts que si, simultanément et portés par leurs opinions publiques, ils travaillent ensemble à dégager et à instaurer un bien commun mondial dont on aperçoit bien quelques pôles essentiels :

  • l’homme dans sa dignité et sa culture,
  • l’État assumant ses pleines responsabilités,
  • un nouveau modèle économique au sein duquel les finances, gérées dans la transparence, la justice et la solidarité serviraient un développement véritablement soutenable,
  • une gouvernance mondiale au service de ce bien commun universel.

    Je ne puis consacrer que quelques mots à chacune de ces tâches d’un même grand combat d’humanité.

L’homme, sa dignité, sa culture

    Aucune civilisation véritable ne peut être construite si l’on ne rend à l’homme toute sa stature, là où une culture d’avidité et de court terme l’avait réduit à un rôle d’agent économique passif. Toutes les forces intellectuelles et spirituelles du monde devraient être coalisées pour faire renaître une « culture de l’être » orientée vers l’épanouissement de tout l’homme et de tout homme dans la convivialité communautaire, la liberté, la responsabilité, la frugalité et le partage, là où l’avoir devenait fin ultime, dans la solitude et le vide de sens .

    Inutile d’en dire plus, qu’il suffise d’aller puiser ces sources intarissables que sont Centesimus Annus et Caritas in Veritate.

L’État au service de la société

    C’est le cas aussi pour la conception du rôle de l’État. Les décisions du G20 témoignent de la prise de conscience de la nécessité d’adopter un meilleur équilibre entre la liberté d’entreprendre, la créativité des opérateurs et les responsabilités -trop délaissées ces derniers temps par l’État- pour assurer la transparence, la discipline et la justice nécessaires pour que la finance demeure servante de l’économie.

    Faisons donc confiance -mais confiance n’exclut pas vigilance- aux pouvoirs publics pour lutter contre les abus les plus flagrants et adopter les normes et les dispositifs institutionnels de surveillance et de réglementation qui ont manqué jusqu’ici. Cela devra s’opérer sans retourner à un interventionnisme étouffant toute créativité.

    La profondeur de la crise justifie aussi des interventions publiques massives pour rétablir la confiance dans les institutions financières, soigner les atteintes à la cohésion sociale et mettre en place, dans le domaine de l’environnement, des mesures qui, même en temps de crise financière, ne peuvent être différées davantage.

    Tout ceci nous donne une idée des immenses responsabilités auxquelles les pouvoirs publics ne pourront échapper dans les années qui viennent, dès lors qu’ils auront admis que cette crise n’a de sortie que dans l’adoption d’un nouveau projet collectif à moyen et long terme, non plus fondé sur l’accumulation individuelle de richesses mais sur la qualité de la vie collective et l’amélioration du sort des plus pauvres dans le monde. C’est dire combien la participation active des citoyens revêtira d’importance. Sans leur engagement, le changement fera long feu.

Un nouveau modèle de développement

    Nos traditions religieuses ont beaucoup à dire sur les sept crises de ce temps. Je ne voudrais donc signaler ici que deux points majeurs parmi beaucoup d’autres :

1.    Le rapprochement actuel de ces deux « masses critiques » que sont le changement climatique et la crise financière : il est d’urgence immédiate de mettre sur pied un projet crédible pour y faire face. Ce projet ne peut être séparé des efforts à poursuivre et à renforcer pour l’aide au développement . Il faut reconsidérer, dans un sens de beaucoup plus grande solidarité, nos politiques à l’égard de l’Afrique, ce continent frappé d’une double injustice :

  • un changement climatique que le modèle de consommation du Nord a provoqué,
  • et une crise financière dont elle est à peu près seule à ne pas porter la responsabilité.

2.    La nécessité de donner un dynamisme radicalement nouveau à la responsabilité sociale de toutes les entreprises » : l’entreprise doit redevenir, en effet, un champ privilégié non seulement de création de valeurs, mais aussi d’exercice de responsabilité et de solidarité .

    Il s’agit en somme de promouvoir à l’échelle mondiale une économie sociale de marché intégrant les disciplines environnementale et la dimension mondiale de nos responsabilités. Un tel projet est enthousiasmant. Il s’agit d’un projet d’Espérance avec un « E » majuscule car il vise à poser les premières pierres d’une civilisation plus humaine. Bien des hommes y travaillent déjà, très souvent hors de l’attention des medias. Il ne pourra s’affirmer cependant que porté par une exigence citoyenne universelle dans le cadre d’une démocratie mondiale beaucoup plus participative, mettant chacun mieux en mesure de comprendre et saisir les enjeux, et de contribuer au projet collectif. Comment ne pas ajouter que, s’exprimant ensemble, nos leaders religieux pourraient contribuer à éveiller l’opinion mondiale à cette exigence du bien commun universel.

    Enfin, une gouvernance mondiale adaptée à notre temps est pour cela indispensable.

Une gouvernance mondiale au service du bien commun universel

    Plus que jamais, ce monde qui s’unifie doit se donner des institutions fortes et crédibles dont on puisse attendre l’adoption des stratégies globales nécessaires, une capacité juridique et financière pour leur mise en œuvre et un suivi de leur exécution.

    Trop longtemps, le monde a accumulé les responsabilités sur les épaules des institutions existantes, sans leur donner les moyens d’y faire face, voire en entravant leur action et en en faisant les boucs émissaires des manquements des États.

    Il est heureux que Benoît XVI ait repris avec insistance les paroles prophétiques de Jean XXIII et Paul VI sur la création d’une « autorité publique à compétence universelle ». Ceci va très au-delà de la réforme nécessaire des institutions de Bretton Woods et notamment du FMI. Cela passe notamment par l’institution d’un « groupe de gouvernance globale » au niveau des chefs d’État et de gouvernement dont la composition refléterait aussi exactement que possible le poids respectif des différentes parties du monde et serait plus légitime que les actuels G8 ou G20. Ce groupe serait mieux en mesure de dégager les éléments essentiels d’une stratégie de promotion du bien commun universel et d’en surveiller la mise en œuvre, dans un esprit de subsidiarité, par des institutions mondiales renouvelées ou à créer.

    La mise en place de telles institutions est essentielle. Rien de durable, en effet, ne peut être acquis sans que des institutions crédibles ne prennent en charge et n’animent la poursuite et la réalisation du bien commun de la famille humaine.

*
*       *

    Cette crise nous a révélé les changements nécessaires des règles financières, des institutions centrales et des comportements. Cela nous a entraînés vers quelques pistes pour la promotion d’un bien commun global de la famille humaine. Elles s’offrent toutes à un engagement commun de tous les hommes de religion. Ils trouvent dans le trésor de leurs traditions respectives les fondements d’une gestion écologique du monde et de l’option préférentielle en faveur des plus pauvres, seules vraies réponses à une avidité destructrice. Tout le dynamisme de leur action dans l’unité sera nécessaire pour soutenir les responsables politiques qui, partout, s’engageraient avec courage et imagination sur ces chantiers d’un véritable bien commun mondial. Pour les chrétiens, cet engagement sera celui d’ouvriers d’un Royaume à venir qui se réalise comme l’a si bien dit Gandium et Spes dans nos efforts « pour une meilleure organisation de la société mondiale ».


Cracovie 2009

La salutation du pape Benoît XVI à l'Angelus


{PROGRAMMA_BOX_PP}

Programme

Italiano - English - Polski


05/12/2016
Prière pour les pauvres

La prière chaque jour


Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri