change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - munich 2011 contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Sant’Egidio : ouvrir des « chemins de paix » dans un monde marqué par les conflits et le terrorisme ; présentation de la rencontre internationale

M. Impagliazzo : « Ce sera l’événement pour la paix le plus important de l’année. Nous lancerons un message fort contre les conflits, les divisions et les murs pour redonner une âme aux pays et aux continents en crise »

A Santa Maria in Trastevere la mémoire des migrants morts dans les voyages vers l'Europe

Centrafrique : signature à Sant’Egidio d’un accord pour le cessez-le-feu et une feuille de route pour la paix

Mourir d'espérance : prière en mémoire de tous ceux qui perdent la vie dans les voyages vers l'Europe

A l'occasion de la journée mondiale du réfugié, Sant'Egidio se rassemble dans la prière en Italie et en Europe, pour faire mémoire des migrants qui perdent la vie dans les voyages de l'espoir. LES RENDEZ-VOUS

Marco Impagliazzo au Conseil de Sécurité de l'ONU sur la question de la République Centrafricaine. VIDÉO

Prière œcuménique avec Sant’Egidio à San Salvador à l’occasion du 2e anniversaire de la béatification de Mgr Romero

Signes visibles de vivre-ensemble et d'intégration dans les périphéries pluriethniques de Belgique

Les initiatives de Sant'Egidio à Anvers

Le pape François à Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs. La vidéo intégrale de la visite

Pâques de Résurrection: Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Le pape François en prière avec les « nouveaux martyrs » dans la basilique Saint-Barthélemy-en-l’Île le 22 avril prochain

23/07/2017
Le jour du Seigneur

La prière chaque jour


 
version imprimable
12 Septembre 2011 19:00 | DITIB-Mosques

Dialogue changes the World, Chehab


Chakib Harés Chehab


National Islamic-Christian Committee for Dialogue, Lebanon

Le pluralisme est devenu actuellement un terme familier dans presque toutes les sociétés de notre monde, surtout après les vagues migratoires successives des populations pour des raisons diverses. Ce pluralisme , et s’il est considéré comme étant une source d’enrichissement , est devenu par ailleurs un problème qu’il n’est plus possible d’occulter et que le Dialogue seul peut gérer  . En effet les sociétés non seulement sont attachées à la sauvegarde de leurs identités tellement complexes ,voire même meurtrières , et à leurs particularismes, mais se heurtent en plus à la difficulté qu’elles rencontrent à trouver un moyen  assurant en même temps l’harmonie dont elles ont besoin dans leurs relations avec autrui et pouvant fournir les meilleurs conditions pour l’épanouissement de ce qu’il  est convenu d’appeler la Convivialité ou la Coexistence dans l’intérêt mutuel de tous.
La Coexistence signifie qu’un groupe déterminé dans la société a réalisé qu’il vivait à côté d’un autre groupe différent de par l’identité, la langue, la race, ou la culture mais qu’il avait besoin aussi d’avoir des rapports avec lui pouvant garantir ses intérêts. Ce fait amène à devoir dialoguer avec lui, approfondir sa connaissance sur sa façon de penser, ses habitudes et dépasser les idées héritées du passé qui considéraient l’étranger à la communauté comme étant un ennemi. Ainsi il serait possible aux deux groupes, non seulement de vivre côte à côte, mais d’élaborer ensemble un engagement en vue de réaliser un objectif commun. Passer de la rencontre au Dialogue, n’est pas toujours un processus simple, surtout que le terme n’a pas toujours la même signification pour toutes les parties. Mais il est toutefois admis par tous que les personnes ne se rencontrent pas dans le Dialogue comme entre touristes, mais plutôt comme engagées dans une marche commune vers la réalisation des desseins de  Dieu ou vers des idéaux  assurant le bien commun de l’Humanité, et la question se pose comment y arriver, comment mieux vivre dans le pluralisme avec toutes  les difficultés qu’il représente.
Depuis les temps les plus reculés l’homme vivant en société était tiraillé entre deux sentiments contradictoires, celui qui prévalait  dans les sociétés primitives considérait tout ce qui était étranger au groupe comme représentant un danger qu’il fallait éliminer. La peur de l’étranger brouillait la vision, et il est connu que plus les gens ont peur, moins ils sont tolérants. Les discours et les prises de position sur l’intégration par exemple et leur interprétation, même erronée, sont un sujet d’inquiétude  engendrant chez la masse l’exacerbation de  la peur quant à l’avenir. Ainsi le sentiment du mal-être s’établit. D’un autre coté se développait un deuxième sentiment, celui de l’interdépendance des hommes . Aujourd’hui plus que jamais, nous ne vivons pas dans un monde monolithique, et de plus en plus nous devons regarder ce que nous avons de commun avec les autres et respecter nos différences encore que nous soyons tous sur cette même Planète.  D’ailleurs ce deuxième courant était déjà connu depuis l’antiquité et le grand philosophe latin Sénèque s’en faisait le promoteur au premier siècle de notre ère, quand il affirmait, défenseur de la liberté et de la justice que, «  sa patrie était le monde, que ses protecteurs étaient  les dieux ».
Mais pour arriver au stade de Citoyens du Monde, les hommes doivent apprendre à gérer et surmonter les différences de leurs civilisations, races, cultures, langues  et religions, abattre les cloisons qui les séparent. Le seul moyen d’y parvenir passe par le Dialogue qui va les aider à trouver non seulement les solutions à leurs différends, mais aussi aux problèmes communs auxquels ils sont obligés de faire face, vu que l’autre alternative est la force qui n’engendre que des cycles de violence mettant en péril la paix du Monde. Et quand on parle de différence, le premier élément qui vient à l’esprit est celui de la Religion, composante essentielle dans l’affirmation de l’Identité. Lorsqu’on récapitule l’Histoire de l’Humanité, on ne peut que constater combien de sang a coulé au nom de la Religion alors qu’elle est étrangère à ces conflits violents, dont les innocents sont les premières victimes, et le sang continue malheureusement de couler.
Et si nous avons pris l’habitude d’assimiler le Dialogue à celui entre les religions, c’est que les autres sujets d’ordre intellectuel, scientifique, culturel ou moral ont leurs propres cadres et instances, et qu’ils ne risquent pas en général de déborder en des conflits violents dont les guerres et le terrorisme sont les représentants éloquents. Mais ceci ne devrait pas nous amener à occulter les autres sujets sur lesquels nous devons nous pencher, et dont l’exemple le plus frappant est celui de la Révolution dans le domaine des communications et de l’Internet.
Actuellement nous vivons l’Epoque de la généralisation de la communication entre les hommes partout dans un monde où les distances ont été abolies. On partage pratiquement et instantanément  les idées avec autrui, commençant par un réseau social personnel, qui n’arrêtera pas de s’étendre jour après jour, surtout entre les jeunes, renforçant l’interdépendance]. Ainsi ils se rencontrent et dialoguent  par dessus les frontières, les cultures et les milieux sociaux .Ces dialogues peuvent engendrer de nouveaux courants d’idées aboutissant parfois à des actions communes, qui peuvent changer sinon la face du monde, du moins celle des pays où ils sont vécus,  comme on l’a récemment constaté dans les soulèvements qui continuent de secouer le monde arabe et dont on ne connaît pas encore l’étendue de l’impact ; mais sûrement beaucoup de choses sont actuellement en mutation, et l’avenir ne sera pas semblable au présent.
Ce Dialogue d’un genre nouveau doit faire l’objet d’une attention toute particulière ; car au delà de son aspect fascinant, et s’il n’est pas structuré, et encadré, il se doit quand même de remplir certaines conditions, dont l’objectivité, la sincérité, et l’honnêteté ne sont pas les moindres. Sinon, il pourrait entraîner ses membres dans des aventures hasardeuses dont la Société ne manquera pas de payer un prix lourd. Ceci sans omettre le risque de créer un monde fictif, qui serait séparé du monde réel par un fossé profond, menant à l’incompréhension antichambre de l’hostilité.

Rôle de la Religion.
Actuellement, la Religion est revenue en force là même où elle était évincée .Ce retour est empreint heureusement du besoin naturel de spiritualité en plusieurs pays. Mais malheureusement dans beaucoup d’autres, il reflète une agressivité dans son refus de l’altérité, prenant la forme de fanatisme, d’extrémisme, de violence et même de Terrorisme , et j’appréhende ici de penser au lendemain.
Le seul moyen qui pourrait changer le cours de ce processus est le Dialogue à condition qu’il soit mené avec sincérité et amour pour un meilleur avenir pour tous .Et comme je viens d’une région où le rôle des Religions est omniprésent dans la vie, je ne peux m’empêcher de soulever devant vous quelques idées qui intéressent le Dialogue entre les Religions et surtout le Dialogue Islamo-Chrétien. Nous savons à quel point les tensions sont grandes dans plusieurs pays du Monde entre chrétiens et musulmans qui forment à eux seuls la moitié de la population du Globe .Ces tensions, apparentes ou latentes doivent être circonscrites et une solution négociée devrait non seulement y mettre fin mais ouvrir de nouveaux horizons nous permettant de sortir de l’anxiété qui nous enveloppe.
Le Dialogue en cours n’a fourni jusqu’à présent que de maigres résultats, et le discours positif qu’on écoute dans les différentes Conférences, comme la nôtre, ne trouve pas encore l’écho qu’il mérite au niveau de la masse. Nous avons pêché par excès de prudence pour éviter de heurter nos sentiments respectifs. Il est temps que les choses changent et évoluent, et qu’il y ait plus de franchise et de courage dans notre approche des problèmes auxquels butent nos relations avec l’Islam. Il est d’ailleurs aberrant de constater dans nos pays d’Orient que la condition des Chrétiens était de loin meilleure au début de l’ère de l’Hégire, et même plus tard sous l’Empire Ottoman, que ce qu’elle y est actuellement, ce qui suscite l’exode massif des Chrétiens de leurs pays d’origine là où le Christ a fondé la première Eglise. Les autorités religieuses musulmanes devraient accorder plus d’intérêt à cet aspect du problème dont la solution ouvrirait la voie pour surmonter les difficultés que les musulmans rencontrent dans certains pays d’immigration, où une nouvelle génération de musulmans est née, a acquis des habitudes et traditions de ces pays, et qui est différente de la première genération d’immigrés. Cependant elle aimerait garder son identité dont la Religion fait partie. Il faudra ici trouver comment concilier ce désir avec la Citoyenneté dans des pays où elle obéit à des règles égalitaires faisant la séparation entre la Religion et l’Etat.
Une nouvelle approche devrait être entreprise quant au concept de la Citoyenneté, la Démocratie, et la Liberté surtout celle de Religion et de Conscience. Plusieurs exemples nous sont fournis, et je pense que l’exemple Turc mérite beaucoup de se pencher dessus. Au Liban nous œuvrons pour que les relations Islamo-chrétiennes se situent dans un cadre tel que la Religion ne soit pas instrumentalisée  à des fins politiques exacerbant l’extrémisme, et que l’Etat de son côté n’œuvre pas pour absorber les communautés et marginaliser le rôle de la Religion. La relation entre elle et l’Etat   devrait être définie de manière à respecter la liberté personnelle. Complémentarité et harmonie sont les deux caractéristiques qui doivent marquer leurs rapports dans le Dialogue continu de la vie de tous les jours.
Le Monde vit une inquiétude à plusieurs niveaux. Mais le plus inquiétant est celui qui concerne les relations interreligieuses, dont surtout les relations Islamo-Chrétiennes. Beaucoup d’efforts ont  été déployés, et il reste beaucoup à faire, pour que les hommes réalisant qu’ils sont concernés par tout  ce qui passe autour d’eux, envisagent l’avenir avec sérénité dans un Monde changé par le Dialogue.


{PROGRAMMA_BOX_PP}

NOUVELLES EN RELATION
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
24 Juillet 2010

La prochaine rencontre de Prière pour la paix entre les religions mondiales se tiendra à Barcelone, en Espagne, du 3 au 5 octobre, sur le thème : "Famille de peuples, Famille de Dieu"

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
14 Juin 2011

Dresde (Allemagne) : l'engagement pour la vie, la défense des Roms, les thèmes de Sant'Egidio au Kirchentag 2011 de l'Eglise protestante allemande

IT | ES | DE | FR | CA | NL | RU
7 Mai 2011

Anvers (Belgique) - La manifestation "Ramer pour la paix" réunit des jeunes de toute origine ethnique, culturelle et religieuse

IT | ES | DE | FR | CA | NL | RU
27 Mai 2010

Le synode de l'Eglise luthérienne soutient l'appel de la Communauté de Sant'Egidio pour de meilleures conditions de vie dans les prisons en Italie

IT | ES | DE | FR | PT | CA
2 Juillet 2009

Moscou : le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Sa Sainteté Kirill, a reçu Mgr. Vincenzo Paglia, président de la Commission Œcuménisme et dialogue de la Conférence épiscopale italienne et Adriano Roccucci de la Communauté de Sant’Egid

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
toutes les nouvelles connexes

23/07/2017
Le jour du Seigneur

La prière chaque jour