change language
sei in: home - ecumenismo e dialogo - incontri... la pace - sarajevo...o e pace contattinewsletterlink

Sostieni la Comunità

  

Dal 10 dicembre, grande vendita di beneficenza a Roma per sostenere i pranzi di Natale con i poveri.

Tutti i giorni fino al 23 dicembre e dal 2 al 6 gennaio. Orari e indirizzi.

Il Pranzo di Natale della Comunità di Sant'Egidio: prepariamo insieme una tavola larga come il mondo

Tutti i modi per aiutare: i centri di raccolta dei regali, il Rigiocattolo, come donare, come contattarci

Il pranzo di Natale di Sant'Egidio per una famiglia senza confini. Aiutaci a prepararlo!

APPUNTAMENTI
tutti gli appuntamenti

 
versione stampabile
10 Settembre 2012 16:30 | Muslim Madresa (Gazi Husrev-begova medresa)

Témoignage de Michel de Virville



Michel de Virville


Direttore del “Collège des Bernardins”, Francia

Comment parler de la gratuité sans faire référence à l’encyclique Caritas in Veritate ? Pour ce qui me concerne j’ai vécu sa lecture comme une relecture de mon expérience de dirigeant d’entreprise.
J’ai d’abord ressenti un appel pressant, au demeurant fort nécessaire, à manifester dans la vie économique la gratuité à laquelle l’Évangile nous appelle. Mais très vite une relecture plus attentive et plus collective avec d’autres dirigeants m’a convaincu de ce que l’Encyclique nous propose en fait une voie nouvelle pour ancrer cette conversion toujours nécessaire dans la modernité de notre économie globalisée. Une voie qui s’adresse à tous quelques soient nos convictions religieuses ou politiques.
La gratuité n’est pas un thème parmi d’autres. Nous, les hommes, sommes fait pour le don, c’est là le fond de notre nature: “L’Amour dans la Vérité place l’homme devant l’étonnante expérience du don. ...L’être humain est fait pour le don.”(CinV-34).
Cette “gratuité” peut d’abord nous apparaître comme une exigence bien radicale. Mais ce n’est pas d’une exigence qu’il est d’abord question, ce n’est pas un “plus” que nous avons à produire ou un “choix” que nous sommes appelés à faire. Il nous est proposé de reconnaître que la gratuité est déjà là, que c’est le matériau constitutif, le tissu même de la vie quotidienne sociale, économique mais aussi politique: “...dans les relations marchandes le principe de la gratuité et la logique du don comme expression de la fraternité peuvent et doivent trouver leur place à l’intérieur de l’activité économique normale.”(CinV-36). En fait, s’il m’est permis, avec témérité, de réécrire cette dernière phrase à partir de la logique même du texte, j’oserais dire tout simplement : « la logique du don trouve sa place dans l’activité économique normale ».
Mais de quelle normalité s’agit-il ?
La gratuité : la source de l’efficacité collective
Est-ce vraiment raisonnable ? N’est-ce pas franchement irréaliste dans un monde économique qui apparaît au contraire comme de plus en plus « financiarisé », dominé par des mécanismes de marché et ayant fait de l’argent le régulateur suprême, voire exclusif.
Cette objection est tellement forte que beaucoup ont été tentés de lire l’encyclique comme appelant au développement alternatif d’une économie de la gratuité échappant à cette dictature de l’argent : activités nouvelles naissant de besoins à long terme du développement mondial ou adaptés aux dénuements des plus pauvres, redécouverte au sein des entreprises de leur responsabilité sociale « RSE ».
Mais, l’originalité de cette encyclique, c’est que sans rien renier de la radicalité de l’expérience de la gratuité, elle affirme avec beaucoup de force que cette expérience ne concerne pas seulement une partie de l’économie ou une partie de l’activité des entreprises: de même que les encycliques ne s’adressent pas seulement aux croyants, mais à tous les hommes de bonne volonté, Caritas in Veritate souligne de façon très claire que l’exigence de gratuité concerne toutes les entreprises et pas seulement l’Economie Sociale, concerne toute l’activité des entreprises et pas seulement ce qui relève de la RSE, concerne tous les agents économiques et pas seulement les chrétiens.
En fait, il faut aller plus profond, pour mesurer combien cette approche recoupe finalement mon expérience et j’en suis convaincu celle des « entrepreneurs », c’est à dire de ceux qui se sont engagés dans l’économie: ce qui produit de la valeur ce n’est pas seulement la qualité de l’organisation ni les mécanismes de marché c’est d’abord l’engagement libre, la réactivité, la créativité de l’ensemble des collaborateurs: “la gratuité est présente dans sa(la) vie (de homme au travail)  sous de multiple formes qui souvent ne sont pas reconnues en raison d’une vision de l’existence purement productiviste et utilitariste.”
La fin de la phrase est particulièrement importante : il faut mesurer à quel point les progrès très réels introduits par l’organisation des marchés, de la finance, des médias de la démocratie politique, progrès irremplaçables, nous ont en même temps en quelque sorte anesthésiés : ils nous ont fait perdre de vue que nous ne pouvons bénéficier de ces merveilleux outils que si nous savons collectivement conjuguer nos libertés et notre créativité.
Il nous faut résolument dépasser une vision purement contractuelle ou la rémunération “achète” la contribution du salarié, pour envisager la rémunération comme une des composante d’une justice au sein de laquelle la logique du don peut s’exprimer: “la logique du don n’exclut pas la justice,...elle ne se juxtapose pas à elle dans un second temps et de l’extérieur, si le développement social et politique veut être authentiquement humain, il doit prendre en considération le principe de gratuité comme expression de la fraternité (CinV-34) Sans la gratuité on ne parvient même pas à réaliser la justice (CinV-38).” Une manière peut être plus prosaïque de dire la même chose pour le DRH que je suis : ce n’est pas la rémunération qui achète la performance, mais une rémunération injustement répartie peut la rendre impossible.
Ainsi s’esquisse une vision nouvelle de notre rôle de manager à quelque niveau de responsabilité que ce soit: créer les conditions de liberté et d’équité qui permettent de tirer pleinement partie de l’engagement libre des collaborateurs. Cette approche ne méconnait pas les vertus de l’Economie de marché: “le marché quand il est fondé sur une confiance réciproque, est l’institution économique qui permet aux acteurs économiques de se rencontrer...Pour autant, le marché, abandonné au seul principe de l’équivalence des biens échangés, n’arrive pas à produire la cohésion sociale dont il a pourtant besoin.” (CinV-35)
Bien sûr cette convergence des libertés va prendre des formes très diverses selon les cultures, les secteurs, les projets entrepreneuriaux : le management de la gratuité, comme l’amour, doit se mettre dans les actes plus que dans les paroles, chaque entreprise, chaque projet a une personnalité propre et doit trouver son équilibre entre régulation et liberté. Il ne saurait faire l’économie des contradictions souvent fortes, parfois violentes entre intérêts divergents.
Mais c’est aussi une tâche qui nous est commune, qui nous rassemble autour de questions et d’attitudes communes : tâche permanente, toujours recommencée, fondée sur la réciprocité, la cohérence entre paroles et actes, la tension conjointe vers l’ambition et l’humilité.
Conclusion : Gratuité et organisation du marché

L’encyclique ouvre alors plus largement un vrai chantier : celui d’une organisation du “marché” de nature à permettre de préserver la logique du don, sans laquelle la mécanique économique deviendrait perverse. Elle récuse en effet une démarche dans lequel de simples mécanismes permettraient de faire l’économie de la morale, du choix éclairé: “l’exigence d’autonomie de l’économie qui ne devrait pas tolérer d’influences de caractère moral, conduit à abuser de l’instrument économique.”(34) “La sphère économique n’est ni éthiquement neutre, ni inhumaine et antisociale.” (CinV-36)
Cette voie ouvre une perspective si ce n’est contraire au moins « violemment complémentaire » de la pente si naturelle à nos économies développées : associer à chaque problème nouveau, voire à chaque résurgence d’un problème déjà identifié une couche supplémentaire de régulation, sans mesurer les effets anesthésiant pour nos libertés de cette inflation. Rappelons nous, pour nous limiter à la période récente, les réponses apportées à la crise financière et les débats ouverts sur celle de la dette publique européenne.
L’orientation est claire, des hommes et des femmes doivent engager leurs libertés ensemble, des témoins actifs de la gratuité sont indispensables: “le marché de la gratuité n’existe pas et on ne peut imposer par la loi des comportements gratuits. Pourtant aussi bien le marché que la politique ont besoin de personnes ouvertes au don réciproque.” (CinV-39). Comment mobiliser les énergies autour de cette tâche, former à cette nécessité, susciter des formateurs de formateurs du management des libertés?
Il est important de souligner que l’Encyclique oppose une fin de non recevoir à la division du travail la plus souvent revendiquée, tant par les entrepreneurs que par les politiques: “séparer l’agir économique, à qui il reviendrait seulement de produire de la richesse, de l’agir politique, à qui il reviendrait de rechercher la justice au moyen de la redistribution est une cause de graves déséquilibres;” (CinV-36)
L’accent est mis au contraire sur une nécessaire coresponsabilité, les questions économiques et les questions politiques étant trop cruciales pour pouvoir être laissés à la seule intervention de chacun des acteurs économiques ou politiques séparément. C’est leur coopération qui est requise avec celle de la société civile : “nécessité d’un système impliquant trois sujets: le marché l’Etat et la société civile: la vie économique doit être comprise dans ces trois dimensions; dans chacune d’elles, selon des modalités spécifiques l’aspect de la réciprocité fraternelle doit être présent.” (CinV-38)

 

Messaggio del papa per l'Incontro di Sarajevo
Benedetto XVI

Programma Italiano
PDF

PROGRAMMA DELLE DIRETTE WEB

NEWS CORRELATE
19 Novembre 2016

Il patriarca della Chiesa assira Mar Gewargis III visita Sant'Egidio: "Questa fraternità ci dà speranza"

IT | ES | DE | PT | CA | HU
4 Novembre 2016
LOME, TOGO

Lo Spirito di Assisi continua a soffiare in Africa: l'incontro ''Sete di Pace'' in Togo

IT | ES
3 Novembre 2016
BUDAPEST, UNGHERIA

Spirito di Assisi in Ungheria: cristiani, ebrei e musulmani si incontrano a tavola con i poveri di Budapest


Una giornata di solidarietà e dialogo interreligioso organizzata dalla Comunità di Sant'Egidio e dal Consiglio Cristiano-Ebraico ungherese insieme ai rappresentanti delle tre religioni monoteiste.
IT | ES | DE | FR | RU
2 Novembre 2016
ROMA, ITALIA

Firmato l'Accordo di amicizia tra Sant'Egidio e Rissho Kosei-kai: dialogo e passione per le sfide del nostro tempo

IT | ES | DE | FR | PT | RU
27 Ottobre 2016

A 30 anni dalla preghiera per la pace di Assisi: l'impegno delle religioni necessario per arginare guerre e terrore


L'editoriale di Marco Impagliazzo su Huffington Post in occasione del 30° anniversario della Giornata di preghiera voluta da Giovanni Paolo II
IT | ES | DE | FR
27 Ottobre 2016
Comunicato stampa

Lo Spirito di Assisi ancor più necessario in un mondo lacerato da guerre e divisioni


30 anni fa la preghiera delle religioni voluta da Giovanni Paolo II
IT | ES
tutte le news correlate

NEWS IN EVIDENZA
7 Dicembre 2016 | LONDRA, REGNO UNITO

A Londra c'è una tavola apparecchiata per i poveri, si chiama ''Our Cup of Tea''. Il video della BBC


Il documentario della TV britannica sull'appuntamento fisso di anziani e persone senza dimora a Londra con la Comunità di Sant'Egidio.
IT | EN | DE | FR
6 Dicembre 2016 | GINEVRA, SVIZZERA
Comunicato Stampa

Sant’Egidio diventa Osservatore permanente al Consiglio dell'Organizzazione Internazionale per le Migrazioni


Firmato un Memorandum di intesa per promuovere e realizzare nuove attività di assistenza rivolte ai migranti in difficoltà
IT | ES | DE | FR | PT
6 Dicembre 2016

A Natale aiuta una madre a far nascere un bambino sano: regala un'adozione a distanza!


Con la terapia offerta nei centri DREAM in Africa preveniamo la trasmissione del virus HIV al bambino
IT | ES

RASSEGNA STAMPA CORRELATA
28 Novembre 2016
FarodiRoma
La preghiera per la pace da Wojtyla a Bergoglio in un libro di Paolo Fucili
18 Novembre 2016
Avvenire
Il convegno. Cattolici ed evangelici il dialogo «del fare»
18 Novembre 2016
L'Osservatore Romano
Insieme per la pace
18 Novembre 2016
SIR
Ecumenismo: mons. Spreafico, “una spinta per le nostre Chiese ad uscire”
3 Novembre 2016
Zenit
Sant’Egidio: accordo di amicizia con la Rissho Kosei-kai
tutta la rassegna stampa correlata

LIBRI
La parola di Dio ogni giorno 2017



San Paolo
Martiri d'Albania (1945-1990)



La Scuola
altri libri

08/12/2016
Festa dell'Immacolata Concezione di Maria

Preghiera ogni giorno


COME SEGUIRE L'EVENTO
Sarajevo 2012

Si Ringrazia

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri