Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
15 Juin 2013

« La prière est l’humble arme des croyants, qui parvient à changer les cœurs et l’histoire »

L’homélie de Mgr Ambrogio Spreafico à la prière de la Communauté de Sant’Egidio pour la Syrie, pour les évêques enlevés, toutes les personnes séquestrées et les victimes du conflit.

 
version imprimable
Vendredi 14 juin, la Communauté de Sant’Egidio, avec un grand nombre d’amis, s’est rassemblée dans la prière dans la basilique Santa Maria in Trastevere pour prier pour la paix en Syrie et pour la libération des évêques d’Alep, Mar Gregorios Ibrahim et Paul Yazigi, du journaliste italien Domenico Quirico, des prêtres syriens Michel Kayyal et Maher Mahfuz, de toutes les personnes séquestrées ainsi que pour les victimes du conflit qui ensanglante la Syrie.
La prière a été présidée par Mgr Ambrogio Spreafico, évêque de Frosinone - Ferentino- Veroli, dont nous rapportons ci-dessous la prédication sur la parabole évangélique du Bon Samaritain (Luc 10, 25-37).


Chers frères et sœurs,

Au début de sa passion, Jésus a demandé à ses disciples de « veiller et de prier » à l’heure de la douleur. C’est aussi le sens de notre prière de ce soir pour que la paix s’affermisse en Syrie. Oui, la Parole de Dieu nous réveille du sommeil de l’habitude et de l’indifférence qui éloigne et qui cache la douleur ; elle nous réveille de l’oubli. Elle nous aide aussi à apporter une réponse avant tout dans la prière. La prière est l’humble arme des croyants, l’arme qui parvient à changer les cœurs et l’histoire. Dans la prière, les étrangers et ceux qui sont loin deviennent proches, ils se rapprochent, et c’est comme s’ils étaient avec nous ici. Aujourd’hui nous pensons surtout à nos chers amis, pour lesquels nous prions tous les soirs et aujourd’hui de façon toute particulière, les évêques d’Alep Mar Gregorios et Paul Yazigi, séquestrés depuis près de deux mois et dont nous sommes sans nouvelles. Mais avec eux, nous voudrions confier au Seigneur le journaliste Domenico Quirico ainsi que le Père Michel Kayyal, prêtre arménien catholique et le Père Maher Mahfuz, prêtre grec orthodoxe, tous deux enlevés aussi depuis le mois de février. Nous prions pour que Jésus, Bon Samaritain de l’humanité, ainsi que nous l’avons entendu dans l’Évangile, s’arrête auprès d’eux et leur redonne au plus vite la paix et la liberté, tout comme nous l’invoquons pour la Syrie, pays qui nous est si cher.
Dans la parabole du Bon Samaritain, chers frères, c’est à chaque fois l’histoire de l’humanité blessée que l’on parcourt à nouveau. Il y a un homme blessé au bord de la route, il y a des millions de réfugiés d’une guerre qui dure depuis plus de deux ans, plus de 90 000 morts, d’immenses souffrances et douleurs, mais le monde semble passer outre, tout comme ce prêtre et ce lévite de la parabole. Ils voient cet homme. Les images tragiques de la Syrie ne sont en aucun cas inconnues de notre monde, même si malheureusement les guerres ne font pas la une et que l’on en parle de fait de moins en moins, car nous sommes pris par nous-mêmes et par nos problèmes. Néanmoins, nous les voyons parfois, mais nous ne nous arrêtons pas, nous passons outre. Du reste que devrait-on demander de plus à notre monde riche, qui vit un moment de crise difficile ? Que voulez-vous de moi, qui me sacrifie déjà pour les autres ? Et notre monde ne fait que regarder, impuissant. Ces deux personnages de la parabole, qui ne se sont pas arrêtés, avaient eux aussi des choses importantes à faire : ils se rendaient au temple pour aller sacrifier au Seigneur.
Mais arriva ensuite un Samaritain, un étranger, sinon un ennemi potentiel de cet homme blessé. Lui aussi vit, mais il ne passa pas outre, il « fut pris de pitié » et se fit proche de cet homme, bandant ses plaies et prenant soin de lui. Certes, le fait de voir constituerait déjà quelque chose dans un monde dominé par l’indifférence, mais cela ne suffit pas. Seule la compassion fait arrêter la hâte, interrompt la domination du moi et de l’agir. La compassion est un sentiment unique de Jésus dans les Évangiles. C’est l’attitude de la mère pour ses enfants, attitude unique, qui fait se soucier pour un autre plus que pour soi-même, qui fait vivre pour un autre, en le considérant comme son propre enfant. Seigneur, enseigne-nous la compassion, afin que nous puissions nous arrêter et prendre soin de la douleur et des blessures des autres. Seigneur, inonde le monde de compassion, afin que tous s’arrêtent au moins un peu et apprennent à ne pas détourner les yeux et le cœur de la grande souffrance de millions d’hommes en Syrie et d’autres régions du monde.
Arrêtons-nous comme nous le faisons ce soir dans la prière. Souvenons-nous de ceux qui souffrent à cause de la guerre, présentons-les au Seigneur. Je sais que tous les soirs, dans toutes les Communautés de Sant’Egidio dans le monde, depuis près de deux mois, on se souvient des évêques enlevés. C’est important ! Cette prière, comme celle de beaucoup de monde, touche le cœur et l’âme de ceux qui sont enlevés comme une consolation, et elle monte vers le Seigneur comme une demande de libération.
Le Samaritain, après avoir soigné les blessures de l’homme à demi mort, le mena à l’hôtellerie afin qu’il puisse s’y rétablir. Chers frères, que l’Église, que notre Communauté, que nos Communautés, soient comme cette hôtellerie, lieu où soigner les blessures des pauvres, de ceux qui souffrent, des hommes et des femmes touchés par la guerre. De la prière naissent des énergies de paix et de réconciliation : c’est l’histoire de cette Communauté. Qu’il en soit de même pour la Syrie !
Envoie, Seigneur, ta paix en Syrie !
Libère, Seigneur, ceux qui ont été enlevés et donne la consolation à ceux qui souffrent !
Ambrogio Spreafico



 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
8 Décembre 2016

Libye, Sant’Egidio : première réconciliation entre Misurata et Zintan

IT | DE | FR | PT
2 Décembre 2016
ROME, ITALIE

Voici les visages et les voix des réfugiés syriens ayant fui la guerre et arrivés aujourd’hui en Italie par les couloirs humanitaires

IT | ES | DE | FR | PT | CA | RU | HU
1 Décembre 2016

Cent autres réfugiés sauvés grâce aux couloirs humanitaires. Le projet lancé il y a un an atteint le seuil de 500.

IT | DE | FR | PT
25 Novembre 2016
PARIS, FRANCE

Paix en Syrie, Irak, Centrafrique : l’entretien entre Andrea Riccardi et le ministre des affaires étrangères Jean Marc Ayrault

IT | ES | DE | FR | PT
21 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Paix en Centrafrique : les leaders religieux de Bangui à Sant’Egidio relancent la plateforme pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT | CA
14 Novembre 2016
BRUXELLES, BELGIQUE

L’engagement de Sant’Egidio en faveur de l’Irak : à Bruxelles, une journée d’études avec le Comité pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
8 Décembre 2016
Vatican Insider

Libia, Sant’Egidio: prima riconciliazione tra Misurata e Zintan

3 Décembre 2016
Radio Vaticana

Pace in Colombia: ex guerriglieri iniziano il disarmo

23 Novembre 2016
Il Fatto Quotidiano

Non solo faide, al Sud si parla di pace

22 Novembre 2016
Osnabrücker Kirchenbote

Eine Kerze für jeden toten Flüchtling

22 Novembre 2016
Avvenire

Sant'Egidio. «Quella in Centrafrica non è una guerra di religione»

22 Novembre 2016
L'huffington Post

Se Bangui diventa il centro del mondo con il Cardinale, l'Imam e il Pastore

tous les communiqués de presse
• DOCUMENTS

Libya: The humanitarian agreement for the region of Fezzan, signed at Sant'Egidio on June 16th 2016 (Arabic text)

Nuclear Disarmament Symposium on the 70 th anniversary of the atomic bomb. Hiroshima, August 6 2015

tous les documents
• LIVRES

La parola di Dio ogni giorno 2017





San Paolo

Das Wort Gottes jeden Tag 2016/2017





Echter Verlag
tous les livres

PLUS

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri