Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - convegno...speranza - paroles ...érance" contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Paroles et images de la marche aux flambeaux "La croix de Jésus et les croix des pauvres par les rues de Naples", dans le cadre du congrès sur le thème "Le don et l'espérance"


 
version imprimable

Paroles et images de la marche aux flambeaux « La croix de Jésus et les croix des pauvres par les rues de Naples », dans le cadre du congrès sur le thème « Le don et l'espérance »
21 juin 2011


Le soir du samedi 18 juin, à l'issue de la première journée de travaux de la rencontre sur le thème « Le don et l'espérance. Les amis des pauvres se rencontrent », de nombreuses personnes se sont rassemblées place S. Anna dei Lombardi pour une marche aux flambeaux dans les rues de Naples. Le parcours dans les rues de la ville, derrière une grande croix de bois, a été jalonné par plusieurs témoignages, qui se rapportaient aux Béatitudes de l'Évangile.

A la première étape, Marguerite Barankitse, fondatrice de la Maison Shalom, au Burundi, qui accueille les enfants victimes du génocide, sans distinctions ethniques, a dit : « Dans mons pays, avec la guerre, est arrivée une violence terrible qui a laissé derrière elle la mort et la terreur. De nombreux enfants se sont retrouvés orphelins. Qui sera disposé à accueillir les enfants ? J'ai eu la grâce de pouvoir en sauver 25 et je me suis enfuie avec eux. Ce fut le début. À partir de ce jour, le Seigneur m'a fait le don d'en accueillir beaucoup ».

Dante Carraro, président du CUAMM, s'est uni à ses paroles d'espérance en : « Que de croix, que de souffrances, que d'injustices ! Combien de frères et de sœurs, de mères et d'enfants en particulier, sont dépouillés comme Jésus, de leurs vêtements, de leurs droits élémentaires comme par exemple le droit de pouvoir être soigné et assisté. La santé ne peut pas être un privilège réservé à quelques-uns. C'est un droit humain fondamental pour lequel il faut se battre et s'engager».
Il y eut enfin, le témoignage bouleversant du Dr. Mario Melazzini, médecin, président de l'AISLA de Milan, qui a évoqué la résistance spirituelle à la maladie corporelle : « Nous tous, dans notre quotidienneté, potentiellement, nous pouvons être confrontés, tôt ou tard, à la souffrance, pas seulement physique, à la douleur, à la maladie, à la fragilité. Nous devrions réussir à en faire un trésor, à en faire une valeur ajoutée à notre parcours de vie. C'est le parcours qui m'a permis de faire de ma souffrance, de ma douleur, une expérience concrète et réelle. .... Grâce à la maladie, je vis chaque jour, en tant qu'homme, en tant que médecin et en tant que malade, dans la joie et l'humilité, la beauté infinie du fait d'exister ».

 Le long cortège s'est ensuite remis en marche jusqu'à la deuxième station, piazza del Gesù.

Le long du parcours, de nombreuses personnes se sont arrêtées en silence et se sont unies au cortège à la suite de la croix. La seconde halte de la marche aux flambeaux a eu lieu piazza del Gesù.

« On vous appelle clandestins ou réfugiés, nous préférons vous appeler frères », a dit don Stefano Nastasi, curé de Lampedusa, rendant compte du sentiment des chrétiens à l'égard de ceux qui, après des voyages difficiles et périlleux, gagnent les côtes européennes en quête d'une vie meilleure et de salut.

Jelena Halilovic, 32 ans, née à Rome, comme ses enfants, a témoigné de la souffrance de la vie dans les « campements nomades » et du désir d'être reconnue comme une citoyenne italienne.

« J'ai quatre enfants. Ils vont à l'école avec assiduité. Ce dont je rêve pour eux ? Je rêve d'un avenir différent. Je rêve qu'ils deviennent des citoyens italiens. Moi, en effet, je suis encore de nationalité bosniaque même si j'ai toujours vécu en Italie, que je ne suis jamais allée en Bosnie et que je ne parle pas bosniaque. Je rêve pour eux d'un avenir différent du mien, d'une vie tranquille. Je voudrais les voir grandir dans une maison, même modeste, mais dans laquelle il y aurait de l'eau, des toilettes et de la lumière. Ce rêve, a-t-elle dit, je le confie à Dieu ».

 Le rêve d'une vie meilleure s'est déjà réalisé pour Maria Rosaria Caccavale, jeune Napolitaine, hôte de la « Casa di Tonia » pour les jeunes filles en difficulté du diocèse, où elle a trouvé « une atmosphète familiale… cette sensation que je n'avais plus éprouvée depuis longtemps, et qu'avec d'autres filles je n'oublierai jamais ».

 

 Suivant la grande croix de bois, le peuple des Amis des pauvres s'est remis en marche vers l'ancienne église Santa Chiara, qui semblait ne pas pouvoir contenir tant de monde. C'est sous ces voûtes qu'ont résonné le paroles de Joaquin Jose Martinez, Américain d'origine hispanique, ancien condamné à mort reconnu innocent après trois années passées dans les couloirs de la mort. Il a su surmonter, avec le pardon, le sentiment de rancœur contre ceux qui l'avaient injustement accusé : « Jésus a dit : “Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font.” Aujourd'hui nous sommes appelés humblement et simplement à répéter les mêmes paroles et à imiter Jésus. Jésus eut la force de demander au Seigneur de pardonner à ceux qui le tuaient. Nous savons que la vie ne m'appartient pas, qu'elle n'appartient à personne d'entre nous, qu'elle n'appartient pas à l'Etat ou au gouverneur, ni à quiconque. La vie humaine appartient à Dieu, car elle a été créée par Dieu ».

 Tesfai Abtemariam, venu d'Erythrée, a racontré le drame des « voyages de l'espoir  » : «  J'ai tenté à trois reprises de partir vers l'Italie. Une première fois, la police italienne a refoulé notre barque. La deuxième tentative a été terrible car, au bout de six heures, le canot s'est dégonflé sur un côté, nous étions 34 personnes à bord avec trois enfants, nous sommes restés dans l'eau pendant quatre heures. C'est un miracle que nous en ayons réchappé ! Sans doute grâce à une petite fille qui nous a fait tous prier. Elle disait : “priez Marie et demandez le salut, ne pleurez pas, priez”. Elle avait dans sa poche une image de la Vierge et elle nous plaçait cette vignette sur le front en nous demandant de prier. Au bout de quelques heures, un canot de pêcheurs égyptiens est arrivé qui nous a traînés jusque vers les terres libyennes ».

Prière et amour pour les pauvres ont également été au centre du dernier témoignage, celui de don Aldo Sarotto, supérieur général de l'Oeuvre Cottolengo : « L’amour de Dieu, qui est communion, aide à créer la communion entre les hommes. Là où il n'y a plus de famille, l’amour véritable recrée la famille, aide à faire en sorte que l'individu se sente comme une personne qui retrouve un but et une fin à réaliser dans la vie. Apprenons, nous aussi, à nous faire disciples de ce maître qui a dit à ses disciples : « c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous ».

VISITEZ LA GALERIE DE PHOTOS

Nos amis de la rue


NOUVELLES EN RELATION
10 Avril 2014
ROME, ITALIE

Février 1974, quand l’Église de Rome eut progressivement le sentiment d’être une communauté


les périphéries, le rapport entre l’Eglise et la ville dans la réflexion proposée par Sant’Egidio et Censis
IT | FR
21 Octobre 2013
N'DJAMENA, TCHAD

Sant'Egidio aux côtés des enfants des rues au Tchad


Nourriture et amitié sont la réponse de la Communauté à ce drame africain. Un récit de N'Djamena
IT | EN | ES | DE | FR | CA
13 Février 2016
LA HAVANE, CUBA

L’accolade entre le pape François et le patriarche Kirill à Cuba. Vidéo et compléments d’information

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
12 Novembre 2015
FLORENCE, ITALIE

Église, Marco Impagliazzo : « Repartir des pauvres et des périphéries pour redonner un avenir à l’Italie »


Le président de la Communauté de Sant’Egidio : « De Florence monte une demande de renouveau. Il y a besoin d’une Église en sortie, capable de trouver les langages qui parlent à tous »
IT | ES | FR
10 Avril 2014

Notre peine après la mort d’Emmanuel III Delly, patriarche émérite de Babylone des Chaldéens


Patriarche émérite de Babylone des Chaldéens
IT | DE | FR
toutes les nouvelles connexes

ASSOCIATED PRESS
2 Septembre 2017
Corriere della Sera
Tscherrig, a Roma il primo nunzio apostolico non italiano dai patti lateranensi
22 Août 2017
Il Mattino di Padova
Lavorare per far crescere la "voglia di comunità" a Padova
13 Août 2017
La Repubblica - Ed. Genova
La fame non va in vacanza, l'estate degli invisibili in coda per un panino
12 Août 2017
La Repubblica - Ed. Genova
Quella città invisibile fatta di poveri
31 Juillet 2017
L'huffington Post
Andrea Riccardi: La povertà non è un reato, lo dice la Cassazione, ma anche il buon senso di un’Italia solidale
tous les dossiers de presse