change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - antwerp ...e future contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Sant’Egidio : ouvrir des « chemins de paix » dans un monde marqué par les conflits et le terrorisme ; présentation de la rencontre internationale

M. Impagliazzo : « Ce sera l’événement pour la paix le plus important de l’année. Nous lancerons un message fort contre les conflits, les divisions et les murs pour redonner une âme aux pays et aux continents en crise »

A Santa Maria in Trastevere la mémoire des migrants morts dans les voyages vers l'Europe

Centrafrique : signature à Sant’Egidio d’un accord pour le cessez-le-feu et une feuille de route pour la paix

Mourir d'espérance : prière en mémoire de tous ceux qui perdent la vie dans les voyages vers l'Europe

A l'occasion de la journée mondiale du réfugié, Sant'Egidio se rassemble dans la prière en Italie et en Europe, pour faire mémoire des migrants qui perdent la vie dans les voyages de l'espoir. LES RENDEZ-VOUS

Marco Impagliazzo au Conseil de Sécurité de l'ONU sur la question de la République Centrafricaine. VIDÉO

Prière œcuménique avec Sant’Egidio à San Salvador à l’occasion du 2e anniversaire de la béatification de Mgr Romero

Signes visibles de vivre-ensemble et d'intégration dans les périphéries pluriethniques de Belgique

Les initiatives de Sant'Egidio à Anvers

Le pape François à Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs. La vidéo intégrale de la visite

Pâques de Résurrection: Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Le pape François en prière avec les « nouveaux martyrs » dans la basilique Saint-Barthélemy-en-l’Île le 22 avril prochain


 
version imprimable
8 Septembre 2014 16:30 | Thomas More, Campus Carolus, Room 109

Intervention


Juvénal Nzosaba


Union of Baptist Churches in Burundi

Introduction 

La ville est sociologiquement un milieu habité par des personnes. Dans la nouvelle forme d’entourage, les résidents de la ville ne vivent pas essentiellement de l’agriculture. Dans la ville, le standard de vie est censé être meilleur par rapport à d’autres contrées du monde. Et aujourd’hui nous vivons dans une époque où, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine dépasse le 50% de la population mondiale. Pourtant on observe comment dans les villes d’aujourd’hui le standard de vie ne s’améliore pas beaucoup, mais au contraire on voit surgir ici là dans une urbanisation incontrôlée vastes zones des pauvretés et marginalisation urbaine qui sont souvent source des conflits. En regardant la Bible, on pourrait penser que le modèle de la première ville, Babel, se répète dans une confusion des langues et d’esprits. 

L’Afrique est en train de changer en grand vitesse, et parmi les plus grandes villes du monde, les « mégalopoles » on peut compter nombreuses villes africaines, Le Caire, Lagos, Kinshasa, Johannesburg… et il s’agit des villes où les modèles de vie se rassemblent de plus en plus dans le cadre d’une globalisation anonyme et impersonnelle. 

Mais dans toutes les villes africaines l’individualisme gagne progressivement le terrain, et le lieu de la cohabitation devienne milieu des conflits, motivés essentiellement par le matérialisme effréné qui a supplanté la vie en communauté et de partage qui a longtemps caractérisé la société urbaine. Pour nous les croyants qui habitons les villes, face à Babel il y a toujours une vision, la Nouvelle Jérusalem, la Cite Sainte, dont nous parle le livre de l’Apocalypse, qui « descendait du ciel, d’auprès de Dieu, comme une épouse qui s’est parée pour son époux.» Elle est un don de Dieu , là où il ny aura plus «ni deuil, ni cri, ni souffrance, car le monde ancien a disparu». Est-ce une utopie ? C’est une vision qui s’ouvre. Et entre Babel et Jérusalem quel est le rôle des croyants ? A chacun est confie une mission, celui de bâtir avec le Seigneur le fondements de la Nouvelle Jérusalem. 

L’Expérience du Burundi

Convertir la ville c’est convertir un peuple, c’est une entreprise très difficile mais possible. Si je peux vous partager de l’expérience burundaise, nous avons traversé des moments difficiles de divisions et conflits ethniques qui ont duré pour plus 400 ans. Depuis 1996, les belligérants armés hutu et tutsi ont bénéficié de l’intervention des confessions religieuses (catholiques, protestantes, musulmanes et autres) qui se sont engagées dans le processus de négociations pour la paix et la réconciliation qui a mené à la tenue du dialogue entre les politiciens. Je ne pourrais pas parler du dialogue et de la réconciliation sans parler du rôle que la Communauté Sant’Egidio qui est parvenu à mettre ensemble les politiciens burundais  pour dialoguer et voir comment  sauver le pays qui  était tombé dans le gouffre des zizanies entre les frères. 

Pendant la guerre civile qui a commencé en 1993, après l’assassinat du Président Melchior Ndadaye, premier Président démocratiquement élu au Burundi, il y a eu dans la ville de Bujumbura la balkanisation des quartiers  de la ville. Les jeunes en conflits étaient instrumentalisés par les politiciens dans les violences urbaines a travers une forte propagande de haine ethnique. Et il faut rappeler que l’échec dans le leadership politique de nos pays reste l’échec des croyants, le sel et la lumière du monde. Les politiciens sont nos enfants qui ont grandi dans nos  familles. Ils sont le résultat de ce que nous les avons fait devenir. Les Hutu et les Tutsi se sont séparés. Seul le quartier Buyenzi à dominante Musulmane a pu garder l’unité entre ses habitants ! Dans la pratique en effet, seuls les quartiers à majorité musulmane de Bujumbura, n’ont pas été meurtris par des pratiques cruelles de la ville morte. De nombreux étrangers notamment des Congolais et Tanzaniens y vivaient malgré leurs différences dans la convivialité.

 Il a  été très difficile de gérer le conflit et arrêter  les violences qui s’en sont suivies, beaucoup de personnes sont mortes et  les autres se sont exilées  à l’extérieur. Il a fallu des hommes  et femmes  croyants et partisans de la paix pour  essayer d’assainir la situation. La Communauté Sant’Egidio nous a ouvert le chemin et après avoir contribué à ramener la paix au Burundi, a travaillé pour apprendre aux burundais à vivre ensemble, par le biais des jeunes des quartier de Bujumbura. 

Pour mettre fin à la balkanisation de la ville et pour apprendre aux jeunes a vivre ensemble la Communauté a organise des rencontres de prière et de service au pauvres où les jeunes de toutes les ethnies se rencontraient pour prier et offrir une aide aux plus démunis, surtout chez les enfants de la rue qui devenaient nombreux à cause de la guerre. Et sans oublier une nouvelle pauvreté dont on ignore trop souvent l’existence en Afrique qui est la condition des personnes âgées qui dans beaucoup des villes africaines, elles vivent dans l’isolement et dans l’abandon, loin des réseaux solidaires des villages, ils sont souvent victimes des mépris et parfois des véritables persécutions qui peuvent aboutir aux meurtres et aux lynchages. Autour des personnes âgées dans les quartiers de nos villes pourrait se renouveler un tissu sociale d’humanisme qui renforcerait les liens des relations sociales. Il faut que nos églises s’engagent beaucoup pour une alliance entre les générations car la paix de tout le jours se construit quand un jeune se fait proche des personnes âgées qui portent souvent la mémoire douloureuse et vivante de la guerre. Ainsi la Communauté a montré aux burundais de toutes les ethnies que vivre ensemble ce n’est pas seulement possible, mais nécessaire, aussi pour élever notre niveau de vie sociale.

C’est a partir de cet exemple que le Conseil National des Eglises Burundi-CNEB a organisé pas mal d’activités pendant et après la crise de 1993. Il a aidé beaucoup dans le rapatriement de réfugiés  exilés principalement en TANZANIE facilitant la réconciliation entre  ceux  qui retournent de l’exile et ceux qui sont restés au pays. En collaboration avec l’église  catholique, nous avons organisé des prières et rencontres interreligieuses et œcuméniques ont été organisées afin d’aider le pays à sortir  de la crise politico–socio–économique. Le conseil interconfessionnelle– CICB, multi-religieuse, a été  fondé en 2008 par l’Eglise Catholique du Burundi, le Conseil National des Eglises du Burundi et la Communauté Islamique du Burundi avec comme philosophie : « Différentes Croyances, Actions Communes. » Le CICB œuvre  pour le bien-être du peuple, consolider la démocratie et la bonne gouvernance. Il est à noter que cette unité entre les croyants burundais se consolide de plus en plus, à la veille de la mise en place de la commission vérité et réconciliation-CVR au Burundi. 

Je crois qu’à mon avis,  les croyants de toutes les religions sont capables de vivre ensemble  et  transformer la communauté où ils habitent. Il est temps de voir au-delà  de nos divergences pour découvrir le potentiel de notre diversité et essayer de bâtir dans nos villes les berceaux de la cohabitation, car une grande partie des conflits humains naissent de l’incompréhension mutuelle, l’ignorance, le manque d’écoute de l’autre pour mieux se connaître, la ou on vit l’un a cote de l’autre. 

Les dividendes de la paix: 

Les croyants sommes des artisans de la paix. Mais aussi nous devons toujours savoir que notre foi doit être accompagnée par des œuvres. Ainsi un processus de maintien de la paix de la réconciliation doit trouver des réponses adéquates aux divers besoins des protagonistes. Ayant déjà constaté que la plus part des conflits surgissent des frustrations et misère dans lesquelles vie la population suite aux injustices de multiples formes, l’œuvre du croyant dans la ville doit aussi considérer le développement intégré de tous les aspects de la vie humaine: physiques (santé), social, spirituel et intellectuel de toute personne. Toute dimension ignorée est une porte ouverte et brèche à la destruction contre la société et ses citoyens. La société burundaise ne doit pas gaspiller le don de la Paix qu’on a rejoint et nous devons suivre les pas de la paix à partir de la rencontre avec l’autre. A partir de la ville la société peut devenir consciente de la nécessité du vivre ensemble et enrichir un capitale d’expérience et d’humanité qui éloignera Babel et nous approchera de la nouvelle Jérusalem. Dans l’histoire de l’Eglise primitive cela était considéré comme une perspective quotidienne, nous apprenons qu’il n’y avait pas de pauvre et que les croyants vivaient en harmonie, amour et entre aide mutuelle. Les croyants constituent un corps solide, uni; c’est l’Eglise. Les membres de l’église ont plus tendance à obéir aux pères spirituels qu’aux dirigeants. Comme disait Martin Luther King une Eglise qui ne se soucie pas du bien-être du peuple est une Eglise morte. A nous tous la responsabilité qui vient aussi de ces jours à Anvers de faire de nos Eglises et de nos villes de lieux de vie et de paix.

Merci

 

PROGRAMMA
PDF

LIVE STREAMING



NOUVELLES EN RELATION
21 Juillet 2017
ROME, ITALIE

Sant’Egidio : ouvrir des « chemins de paix » dans un monde marqué par les conflits et le terrorisme ; présentation de la rencontre internationale


M. Impagliazzo : « Ce sera l’événement pour la paix le plus important de l’année. Nous lancerons un message fort contre les conflits, les divisions et les murs pour redonner une âme aux pays et aux continents en crise »
IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | ID
18 Août 2017
BARCELONE, ESPAGNE

Aujourd'hui à Barcelone, prions pour la paix en mémoire des victimes de l'attentat terroriste


Basilique des saints martyrs Just i Pastor, 20h.
IT | ES | FR | PT | CA
29 Juin 2017
OSNABRÜCK, ALLEMAGNE

Paths of Peace : tous à Münster en Allemagne, du 10 au 12 septembre, pour parcourir ensemble des chemins de paix


La conférence de presse de présentation de la rencontre internationale de prière pour la paix
IT | ES | DE | FR
20 Juin 2017
ROME, ITALIE

Centrafrique : signature à Sant’Egidio d’un accord pour le cessez-le-feu et une feuille de route pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU | HU
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres


Rome, un long cortège jusqu'à la Place Saint-Pierre. Les salutations du pape Benoît
IT | DE | FR | NL | RU
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
toutes les nouvelles connexes

FAITS MARQUANTS NEWS
22 Août 2017 | VÍTKOV, RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

De la République tchèque, le message de cohabitation et d'intégration de enfants de Vítkov


Les vacances avec Sant'Egidio et le défi de surmonter les divisions avec la communauté rom
IT | FR
22 Août 2017

Le défi à relever. Migrations : comment conjuguer humanité et légalité.


article de Marco Impagliazzo dans l'Avvenire
21 Août 2017 | MOZAMBIQUE

Portes ouvertes à Matola pour dépasser l'isolement des personnes âgées

IT | FR | PT

ASSOCIATED PRESS
19 Août 2017
Vida Nueva
Noche en blanco para cambiar el terror por la paz
5 Août 2017
L'Eco di Bergamo
Impagliazzo: "Caccia alle ONG ora basta, si perseguano i trafficanti"
1 Août 2017
Notizie Italia News
Cent’anni di denuncia dell’“inutile strage” che è ogni guerra …
30 Juillet 2017
HASEPOST
Angela Merkel kommt zum katholischen Weltfriedenstreffen – aber nicht nach Osnabrück
22 Juillet 2017
Avvenire
Un mondo ferito dalle guerre ha bisogno di «strade di pace»
tous les dossiers de presse