change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - antwerp ...e future contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Visite virtuelle de la crèche de Sant'Egidio : Jésus accueilli par les pauvres, les malades, les sans logis et les hommes de toutes confessions

Sant'Egidio et la Muhammadiyah signent à Djakarta un nouvel accord pour la paix et le dialogue interreligieux

une délégation de la Communauté menée par Marco Impagliazzo se trouve en Indonésie

Sant'Egidio au conseil de sécurité de l'ONU pour un point sur la République centrafricaine

Mauro Garofalo : "Le succès de ce premier désarmement garantit la crédibilité de l'ensemble du processus en actes"

Donner à manger aux personnes âgées au Mozambique : distribuitions d'aides alimentaires aux plus pauvres dans la ville de Beira

Aidons les réfugiés rohingyas au Bangladesh

La Communauté de Sant’Egidio lance une collecte de fonds pour envoyer des aides dans les camps de réfugiés au Bangladesh, en collaboration avec l’Eglise locale

Tous les textes de la rencontre #Pathsofpeace

L'assemblée d'inauguration de la rencontre internationale Chemins de Paix

Chemins de 2017 : tout sur la rencontre internationale des religions du monde pour la paix

Le programme, les intervenants et les événements en direct streaming

Global friendship, #MoreYouthMorePeace : le message et l’engagement des Jeunes pour la paix à Barcelone

rendez-vous l’année prochaine à Rome !

 
version imprimable
8 Septembre 2014 16:30 | Thomas More, Campus Carolus, Room 006

Intervention



Jean-Claude Petit


Journalist-Writer, France

Mesdames, Messieurs, chers Amis,

Informer sur les conflits est, sans aucun  doute, l’une des tâches les plus difficiles rencontrées par les médias, qu’ils soient de presse écrite, audiovisuelle ou numérique. Les journalistes et leurs rédactions y sont concernés de manière tout à fait singulière, beaucoup plus éprouvante intellectuellement, moralement et physiquement - qu’en tout autre domaine de l’information. Tout conflit, en effet, est, par nature, complexe. Tout conflit est l’objet de manipulations, de pressions et de menaces des acteurs concernés. Tout conflit, enfin, nous ne le savons que trop, est porteur de risques majeurs pour la vie même des journalistes. Ces dernières années, on le sait, ont été meurtrières pour la profession.

Mais pour traiter des conflits en totale fidélité à leur mission d’informer, les médias rencontrent deux autres difficultés sur lesquelles je souhaite m’attarder car elles sont, me semble-t-il, au cœur de l’avenir de la paix.

La première de ces difficultés se fonde sur un constat aujourd’hui mis à mal par la primauté donnée à l’immédiateté dans de trop nombreux médias. A savoir qu’aucun conflit n’est, en aucun cas, réductible à sa seule dimension armée. Tout conflit a une histoire. Tout conflit a une géographie. Tout conflit a des acteurs divers. Ne pas prendre suffisamment en compte ces trois données majeures, autrement dit le temps nécessaire pour une explication un tant soit peu rationnelle du conflit, c’est tarir l’information, l’amputer en quelque sorte de sa colonne vertébrale. Avec une conséquence grave. Réduire en effet les conflits à leur seule ponctualité et donc, trop souvent, à la seule émotion - légitime mais insuffisante - que provoquent la découverte et la comptabilité des victimes, c’est limiter leur compréhension globale. Or cette compréhension est absolument indispensable aux citoyens pour qu’ils puissent former leur jugement et, le cas échéant, s’engager dans la recherche d’un compromis ou d’une aide humanitaire. Autrement dit, prendre en considération le contexte historique, géographique, politique des conflits, est, à la fois, une obligation professionnelle et un premier appui à l’avenir de la paix.

Pour illustrer mon propos, prenons, si vous le voulez bien, un exemple dans l’actualité. Il montrera clairement combien l’histoire, la géographie, la diversité des acteurs et, de plus en plus, la culture religieuse sont essentielles pour une bonne compréhension des enjeux. Au cœur de l’été, l’Etat islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, faisant voler en éclats la frontière entre l’Irak et la Syrie, après avoir pris la ville de Mossoul, s’est érigé en califat avec pouvoir du calife autoproclamé sur tous les musulmans du monde. On sait l’ampleur qu’a prise et que continue de prendre cet événement menaçant pour la paix du monde. Mais seuls une carte du Moyen-Orient, un retour sur la première guerre mondiale, la chute de l’empire ottoman, le rôle de Lawrence d’Arabie, ainsi qu’un détour par la théologie musulmane et la géopolitique permettent de comprendre les enjeux. 

La carte montre clairement comment une région tout entière est déstabilisée politiquement, économiquement et humainement, et peut l’être plus encore demain avec  l’élargissement de l’Etat islamique vers le Liban et la Jordanie, au risque d’un éclatement général. L’histoire rappelle qu’en 1916, avec les accords Sykes-Picot, et l’aide de Lawrence d’Arabie, la France et la Grande-Bretagne se sont partagé le Proche-Orient au mépris des frontières ethniques et confessionnelles d’une région aux minorités multiples (chrétiens, kurdes, druzes, alaouites). C’est à cet héritage que l’Etat islamique veut mettre fin. Un coup d’œil sur l’histoire de l’islam permet de constater que le califat renvoie à la succession directe du Prophète Mahomet dont le calife est le successeur ayant autorité sur toute la communauté musulmane. Enfin, la géopolitique ouvre sur tout le champ des alliances publiques ou secrètes, reconnues ou reniées, entre l’Etat islamique en Irak et au Levant et un certain nombre d’Etats musulmans de la région sur fond de guerre entre sunnites et chiites.

Si les médias ne font pas les efforts nécessaires d’explication, cartes géographiques, retour sur l’histoire et analyse des mots à l’appui, et s’ils n’y consacrent pas le temps indispensable, ils ne peuvent que susciter, chez les citoyens, un sentiment de frustration et d’impuissance qui conduit à son tour au manichéisme et à la paralysie de toute action pour la paix.

La seconde difficulté rencontrée par les médias touche à la nature même des conflits. Que sont-ils, en effet, dans la réalité, sinon des déchirures successives du tissu spécifique du monde, quelles que soient leur origine, leur longueur, leur gravité ? Autrement dit, leur traitement médiatique ne peut pas faire fi de la paix dont ils sont la négation absolue et qui, de plus et en même temps, est la seule issue possible à leurs méfaits. Est-ce à dire qu’il faille parler de la paix à temps et à contretemps, quand la violence fait rage ? Non, bien sûr. Cela signifie que le traitement médiatique des conflits ne doit pas se limiter à leur seule description ponctuelle comme c’est trop souvent le cas. Un grand nombre d’entre eux, pour ne pas dire la totalité, passent à la trappe de l’oubli comme de simples faits divers. On attendra, pour parler d’eux, que les armes parlent à nouveau. Disons-le clairement : nous sommes ici, souvent, devant un manquement grave à l’éthique professionnelle des médias dont le rôle est d’œuvrer au développement d’une culture de la paix. « Le véritable journaliste, dit la charte éthique de l’Unesco, défend les valeurs universelles de l’humanisme, en particulier la paix, la démocratie, les droits de l’homme (…) Il contribue, par le dialogue, à établir un climat de confiance dans les relations internationales, propre à organiser partout la paix et la justice. » (1)

Prenons, à propos de cette seconde difficulté, un autre exemple dans l’actualité récente : le conflit israélo-palestinien à Gaza. Pour aller au-delà de l’information circonstancielle sur le conflit lui-même et ses victimes, il appartiendra aux médias, dans les semaines et les mois à venir, de s’intéresser, et de nous intéresser, à plusieurs éléments importants susceptibles de favoriser ou, au contraire, de retarder la paix une fois encore. Il s’agit d’abord bien sûr, de la reprise des négociations en Egypte autour des points majeurs que sont d’une part la levée du blocus de Gaza et son ouverture vers la Cisjordanie, et d’autre part, les assurances données à Israël pour sa sécurité. Viendront ensuite les problèmes liés à la reconstruction du territoire et aux questions qui lui sont liées. Qui va payer et combien ? A quelles conditions ? Avec quel calendrier et quelles assurances pour l’avenir ? Aux médias enfin de s’intéresser - et de nous intéresser avec précision, rigueur et honnêteté – aux violations du droit international par les belligérants et à leurs éventuelles conséquences judiciaires, ou non.

A leur simple énumération, on voit combien le traitement des suites de ce conflit est essentiel pour l’avenir de la paix. Seules les données ainsi réunies, si elles sont suffisamment nombreuses, précises et rigoureuses, permettront aux citoyens du monde de former leur jugement au lieu de s’entretenir dans un sentiment d’impuissance délétère. Et peut-être de devenir, à leur façon, même la plus modeste, acteurs de paix. Ou, en tout cas, de considérer peu à peu la paix comme le bien supérieur de l’humanité, sans lequel aucun vivre ensemble mondial n’est envisageable.

Paradoxe et réalité : incontestablement, une partie de l’avenir de la paix se joue dans la façon dont les médias traitent les conflits de la planète. Ce traitement laisse aujourd’hui beaucoup à désirer. Aux citoyens et plus précisément aux acteurs de paix d’être plus que jamais vigilants.

Je vous remercie.

 

(1) Rencontre de l’Unesco, Prague et Paris, 1983

 

PROGRAMMA
PDF

LIVE STREAMING



NOUVELLES EN RELATION
18 Octobre 2017

Un mois après la rencontre des religions à Münster, les Chemins de paix ont traversé quatre continents


Sur la photo, l'événement à Blantyre, Malawi. Voir les photos et vidéos des autres rencontres
IT | ES | DE | FR | RU
20 Octobre 2015

Des évêques du monde entier réunis à Sant’Egidio dans la prière pour la paix en Colombie et dans le monde


En ces jours où se tient à Rome le synode sur la famille, nombreux sont les évêques qui visitent la Communauté de Sant’Egidio et participent à la prière du soir. Hier soir, ils étaient nombreux à allumer les lumières de la paix
IT | ES | DE | FR | PT | RU
24 Août 2015
ROME, ITALIE
RENCONTRE INTERNATIONALE

Les religions à Tirana 6-8 septembre avec Sant’Egidio per dire : la paix est toujours possible #peaceispossible


pour parler des vraies urgences de notre monde : environnement, inégalités sociales, résolution des conflits et recherche commune de réponses et de solutions
IT | EN | ES | DE | FR | PT | UK
20 Juillet 2016

Les religions mondiales retournent à Assise pour faire entendre la soif de paix des peuples


Présentation aujourd’hui de la rencontre internationale pour la paix qui se tiendra du 18 au 20 septembre, trente ans après la prière historique voulue par Jean-Paul II
IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres


Rome, un long cortège jusqu'à la Place Saint-Pierre. Les salutations du pape Benoît
IT | DE | FR | NL | RU
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
toutes les nouvelles connexes

FAITS MARQUANTS NEWS
18 Décembre 2017

Journée internationale des droits des migrants : pour une culture du dialogue, de l'accueil et de l'inclusion

IT | FR
17 Décembre 2017

Nos meilleurs voeux au pape François ! Merci pour la joie d'un Evangile qui rejoint les pauvres et les périphéries et qui indique au monde un chemin de miséricorde et de paix

IT | DE | FR
15 Décembre 2017

En attendant le repas de Noël avec les pauvres, voici comment nous nous préparons dans le monde : EN IMAGES

IT | DE | FR | RU

ASSOCIATED PRESS
25 Décembre 2017
GNZ
Im Mittelpunkt steht das Gebet für den Frieden
27 Novembre 2017
Radio Vaticana
Centrafrica: mediazione di S.Egidio nel rilascio di 16 ostaggi
8 Novembre 2017
Avvenire
Centrafrica. Sant'Egidio: la pace «funziona»
30 Octobre 2017
Notizie Italia News
Il tempo del dialogo, 500 anni dopo ...
15 Octobre 2017
Herder Korrespondenz
Sant'Egidio: Auf der Suche nach der Gemeinsamkeit
tous les dossiers de presse