Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - amis en prison - libérer...sonniers - républi...du congo contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

République démocratique du Congo


 
version imprimable

La « prison transitoire » en République démocratique du Congo
La République démocratique du Congo n’est pas seulement le plus grand pays d’Afrique subsaharienne. Elle est aussi, en dépit de la richesse des matières premières dont elle dispose, le théâtre de grandes souffrances : de longues années de guerre ont créé une pauvreté diffuse. Les plans d’assainissement économique imposés par les institutions internationales touchent en réalité les catégories les plus faibles de la population au nombre desquelles il convient de compter les prisonniers. En effet, la réduction des dépenses relatives à la justice et aux institutions carcérales ne fait qu’augmenter la souffrance de ceux qui sont incarcérés et ce, dans des conditions vraiment inimaginables. Au Congo, du reste, le système judiciaire est organisé de manière capillaire : il y a souvent dans chaque poste de police une « prison transitoire » - le « cachot » : y sont enfermés tous les auteurs de petits délits ou ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont accusés d’avoir commis une infraction.

Le système prévoit que l’on peut sortir du « cachot » moyennant le paiement d’une amende. Ceux qui toutefois ne disposent pas de la somme réclamée – fixée parfois de manière arbitraire – sont incarcérés dans la prison centrale de Kinshasa, souvent sans véritable chef d’accusation, ni aucune certitude d’obtenir un jugement équitable dans des délais raisonnables. Ici, dans la majeure partie des cas, on reste oublié pendant une durée indéterminée.

Celui qui est pauvre peut par conséquent rester des semaines, des mois, voire des années, dans une prison surpeuplée (il y a près de 4300 détenus dans la prison centrale) et ce, sur la simple base d’un soupçon, ou bien pour un petit délit.

Qui dit prison dit malnutrition, manque d’hygiène, années de vie perdues, avenir livré à la violence et à la misère.

Or, par un petit geste de solidarité, on peut changer le destin de ces personnes.

Le Père Simon visite régulièrement les prisonniers du « cachot » et connaît de nombreuses histoires de pauvreté et de désespoir… qui par une petite aide ont trouvé une solution.

Comme celle de G. et C. : le motif de leur dispute était assurément stupide. Ils ne sont même pas capables d’expliquer comment leur altercation a commencé. Certes, les quelques bières de plus ne les ont pas aidé à garder raison : insulter le policier qui cherchait à les séparer tandis qu’ils échangeaient des coups dans la rue les a menés droit à la « prison transitoire ».

Une amende de 300 euros est une énormité pour un jeune Congolais, qui plus est sans travail, et les deux amis risquaient de finir en prison pour une durée indéterminée. Or, avec un petit effort de solidarité, ce n’est plus une somme difficile à trouver : avec les 600 euros collectés par la Communauté les deux amis ont pu rentrer chez eux.

Quant à E., un jeune étudiant de 28 ans, il a été enfermé dans la « prison transitoire » pour avoir offensé un policier qui l’avait arrêté à un poste de contrôle. Lui aussi aurait été transféré à la prison centrale s’il n’avait pas payé une amende de 400 euros. La prison aurait démoli sa vie d’étudiant à l’université, son rêve de devenir médecin, son désir de rachat …

Aujourd’hui E. s’est remis à étudier, grâce au don de 400 euros collectés par la Communauté. L’argent lui a permis de payer son amende et de retrouver sa liberté.

Amis en prison

Campaña Liberar a los Prisioneros en África




Dons en ligne

 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
24 Avril 2017
BUKAVU, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Au Congo, Sant’Egidio célèbre Pâques en libérant de jeunes détenus de la prison de Bukavu

IT | ES | FR | PT | NL | RU | HU
8 Février 2017
BUKAVU, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Journée contre la traite : l’histoire de Moïse et Samuel, de la condition d’ « invisible » à un diplôme professionnel

IT | ES | DE | FR | PT | RU
7 Novembre 2016

Là où on répond à la violence par le pardon, le cœur de celui qui a commis une faute peut être vaincu par l’amour

IT | EN | ES | DE | FR | PT
16 Juin 2017
JOS, NIGERIA

Sant'Egidio apporte l'eau courante dans la prison pour mineurs de Jos au Nigeria

IT | ES | DE | FR
30 Mars 2017
BUKAVU, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

La vie n’a pas de prix : concours de dessin et de poésie dans les écoles de Bukavu

IT | ES | DE | FR | NL
21 Février 2017
BUKAVU, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Vous souvenez-vous de Moïse et Samuel, enfants des rues qui avaient obtenu un diplôme ? Les voici au travail !

IT | ES | DE | FR | PT
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
2 Août 2017
OnuItalia

In Congo e Burundi le iniziative di Sant’Egidio per gli anziani. Case per chi è in difficoltà

26 Juillet 2017
Roma

La Comunità di Sant'Egidio porta in carcere musica e gelato

26 Juillet 2017
Roma

Alla ricerca della dignità perduta

24 Juin 2017
Radio Vaticana

Sant’Egidio a Washington: rafforzare impegno contro pena di morte

19 Juin 2017
OnuItalia

Nigeria: Sant’Egidio regala un serbatoio per acqua potabile ai detenuti del carcere minorile di Jos

16 Mai 2017
La Civiltà Cattolica

La corruzione che uccide. La storia di Floribert Bwana Chui

tous les communiqués de presse
• DOCUMENTS
Comunità di Sant'Egidio

ALCUNI NUMERI DELLA SOLIDARIETA’ NEL 2012 DALLA COMUNITA’ DI SANT’EGIDIO

Comunità di Sant'Egidio

Le carceri in Italia:tra riforma, sovraffollamento e problemi di bilancio. Analisi e proposte delle Comunità di Sant'Egidio

Comunità di Sant'Egidio

Mai così tanti in carcere nella storia dell’Italia Repubblicana

Comunità di Sant'Egidio

CALANO I REATI, MA CRESCONO GLI ARRESTI E LE DETENZIONI

tous les documents
• LIVRES
tous les livres

PHOTOS

157 visites

148 visites

150 visites

147 visites

124 visites
tous les médias associés