change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - antwerp ...e future contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Le pape François à Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs. La vidéo intégrale de la visite

Le pape François en visite à la basilique Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs le 22 avril

Durant la prière, des témoignages de parents et amis des martyrs et la rencontre avec les réfugiés. L’événement sera retransmis en streaming sur le site et sur facebook

Une accolade de paix : des images de la Pâques de résurrection dans le monde entier

GALERIE DE PHOTOS

Pâques de Résurrection: Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Le pape François en prière avec les « nouveaux martyrs » dans la basilique Saint-Barthélemy-en-l’Île le 22 avril prochain


 
version imprimable
9 Septembre 2014 09:30 | Thomas More, Campus Carolus, Room 005

Intervention


Jean-Arnold de Clermont


Pasteur de l’Eglise Réformée, France
Je m’exprime au milieu d’un panel de politiciens, de diplomates, de philosophes ; j’ai donc choisi de m’exprimer en théologien protestant, portant un regard aussi œcuménique que possible sur l’Europe des Eglises et des religions. 
L’Europe est le continent qui a donné naissance au mouvement œcuménique. Il avait tout pour cela réunissant la plus grande diversité des Eglises, catholique, protestantes et orthodoxes. Le mouvement œcuménique y a trouvé deux racines profondes ; le scandale reconnu des divisions notamment dans la ‘conquête missionnaire’ du XIXème siècle (c’est une rencontre entre Sociétés de Mission, à Edimbourg en 1910, qui a été l’occasion d’une conférence sur l’unité des Eglises et qui est reconnue comme le point de départ du Mouvement œcuménique) ; mais plus encore c’est l’expérience vécue dans les camps de prisonniers de la seconde guerre mondiale qui va conforter la nécessité et l’évidence du Mouvement œcuménique ; catholiques et protestants réunis dans la lecture de la Bible et la prière . Ce sont là les deux principaux arguments contre la division des chrétiens ; le scandale de la concurrence et la force paisible de la prière commune, enracinée dans l’Evangile. 
Les fondateurs de l’Union Européenne étaient portés par ces arguments. Il est étonnant de noter combien la réconciliation et la construction de la paix, éléments fondateurs de l’Union Européenne, sont enracinées dans des valeurs chrétiennes.
Mais si je me tourne vers l’Europe d’aujourd’hui, force est pour moi de constater que deux attitudes viennent mettre en question sinon en péril cette volonté du ‘vivre ensemble’ européen. De l’intérieur des Eglises le regard porté sur la sécularisation des sociétés européennes conduit au nom de la ‘ré-évangélisation’ à des mises en question du mouvement œcuménique ; on revient aisément au chacun pour soi ! qu’il s’agisse de mouvements évangéliques, ou de communautés charismatiques, ou de groupes catholiques conservateurs… il s’agit de reconstituer des communautés tournées vers elles-mêmes, réfractaires à tout esprit œcuménique. 
Parallèlement, de l’extérieur des Eglises, la montée des nationalismes présents dans presque tous les pays de l’Europe d’aujourd’hui met en question sinon en péril la construction du ‘vivre ensemble’ européen. Les dernières élections pour le Parlement européen sont cruellement dans notre mémoire. 
 
Je ne pense bien sûr pas qu’il s’agisse d’un phénomène irréversible ; mais c’est une alerte pour que les arguments du ‘vivre ensemble’ soient développés et affirmés.  
J’indique trois directions qui me semblent fondamentales :
-  Aussi plurielles soient-elles les Eglises reconnaissent toutes qu’elles ont leur source en Jésus-Christ. Chacune est un visage de l’Eglise universelle dont elles ont, chacune pour leur part, à rendre compte avec fidélité. Leur pluralité tient à l’histoire, à la diversité des cultures humaines, aux multiples attentes spirituelles des hommes ; mais la permanence de cette pluralité n’a de sens que si elle se vit dans la reconnaissance des autres, dans une vision pluraliste de l’Eglise une.
Dire cela c’est affirmer que mon Eglise particulière a besoin des autres Eglises particulières pour comprendre et donner un visage à la plénitude de l’Eglise du Christ.
 
-  Le deuxième argument des chrétiens pour le ‘vivre ensemble’ en Europe tient à la responsabilité dont ils se savent investis pour que le monde où ils vivent répondent à la volonté de justice et de paix du Dieu de la Bible. Chaque page de l’Ecriture Sainte en témoigne ; chaque heure de notre vie en dit la nécessité. Ce ne peut être qu’œuvre commune où chacun apporte le meilleur de lui-même pour une édification du bien commun. Justice sociale, solidarité avec les pauvres, accueil des exclus, attention aux victimes, préservation de l’environnement pour les générations à venir… la création est un tout qui exige des perspectives et des solutions communes.
 
-  Mais mon dernier mot sera pour refuser de limiter à l’Europe cet objectif du ‘vivre ensemble’. D’une part parce que notre Europe a marqué de son empreinte, une empreinte ni toujours juste ni toujours écologique ni toujours simplement humaine, de nombreuses régions du monde (je pourrais en donner de multiples exemples notamment en Afrique !). D’autre part, l’universalisme de l’Eglise m’interdit de me limiter à quelques frontières que ce soit. Aussi tout argument pour le ‘vivre ensemble’ en Europe, qu’il s’agisse du besoin fondamentale des autres pour comprendre de qu’être un humain veut dire ; ou qu’il s’agisse de rechercher un monde de justice et de paix, doit se confronter à la dimension mondiale. 
 
Or précisément, c’est parce que cette vision d’une Europe réconciliée, faisant de la justice sociale le fondement de la paix, est celle qui porte l’Union Européenne depuis sa fondation, que cette Europe-là peut et doit avoir un rôle déterminant dans le monde d’aujourd’hui.
Les européens, et les Eglises en Europe, en sont-ils conscients ? 
 
Je vous laisse sur cette question.

 

PROGRAMMA
PDF

LIVE STREAMING



NOUVELLES EN RELATION
18 Avril 2017
PARIS, FRANCE

Signature au Quai d’Orsay d’un accord de coopération entre Sant’Egidio et le gouvernement français


Cet accord prévoir une collaboration dans le travail pour la paix, le dialogue interreligieux, l’accueil des réfugiés et la protection des minorités chrétiennes
IT | DE | FR
31 Mars 2017
LONDRES, ROYAUME-UNI

A Londres, après les jours de douleur, la rencontre et la prière avec les amis sans abri renforce l’engagement pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | NL
29 Mars 2017
NOVARA, ITALIE

La marche de paix des enfants de Novare : photos et vidéos d’une invasion joyeuse et pacifique

IT | FR | HU
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres


Rome, un long cortège jusqu'à la Place Saint-Pierre. Les salutations du pape Benoît
IT | DE | FR | NL | RU
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
21 Mars 2011

Jos (Nigeria) : conférence sur la paix, le service aux pauvres et le dialogue interreligieux

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
toutes les nouvelles connexes

FAITS MARQUANTS NEWS
24 Avril 2017 | BERLIN, ALLEMAGNE
Communiqué de presse

Demain à Berlin rencontre entre Andrea Riccardi et Angela Merkel pour parler de l’Europe, de la paix et des migrants

IT | ES | DE | FR | PT | NL
24 Avril 2017 | BUKAVU, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Au Congo, Sant’Egidio célèbre Pâques en libérant de jeunes détenus de la prison de Bukavu

IT | ES | FR
24 Avril 2017 | NEW YORK, ÉTATS-UNIS

Les couloirs humanitaires présents au Dialogue international sur les migrations à New York

IT | ES | FR | PT

ASSOCIATED PRESS
11 Avril 2017
Vatican Insider
Eta, Sant’Egidio: la consegna delle armi un punto di non ritorno nel processo di riconciliazione
8 Avril 2017
SIR
Colombia: trattativa di pace governo-Eln. La Bella (Sant’Egidio), “la strada è ancora lunga”
3 Avril 2017
Vatican Insider
La forza disarmata della pace
14 Mars 2017
Corriere della Sera
Andrea Riccardi: Per una nuova cittadinanza globale. La conoscenza strumento di pace
9 Mars 2017
Famiglia Cristiana
Andrea Riccardi: Guerra fredda? No, molto peggio
tous les dossiers de presse