Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
28 Février 2014

Les Églises d’Ukraine disent non à la violence : nous devons soigner ce qui fait obstacle à la paix véritable

L’appel de l’archevêque Shevchuk, primat de l’Église gréco-catholique ukrainienne

 
version imprimable

24 février 2014

Santa Maria in Trastevere

Prière pour la paix en Ukraine

 Marc 9, 14-29

Jésus, Pierre, Jacques et Jean, en rejoignant les autres disciples, virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. » Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! » Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »

Homélie de Sviatoslav Shevchuk, archevêque majeur de Kyiv-Halyč, primat de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne.

 Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Bonsoir à tous.

En venant dans cette basilique, en priant avec vous, je me sens chez moi. Je suis désormais votre frère. Je me souviens de la dernière fois que nous sommes venus prier dans votre Communauté. Nous avons déposé dans la basilique Saint-Barthélemy notre trésor : les reliques de nos martyrs.

Mais à ce moment-là, l’idée ne m’était jamais venue à l’esprit que nous aurions de nouveaux martyrs ni que la violence se manifesterait sur notre terre.

Depuis ces trois derniers mois, l’Ukraine vit sans doute le moment le plus difficile de son histoire. Les gens se rebellent enfin contre le mensonge, la corruption, la dictature, contre un gouvernement despotique qui a utilisé à des fins politiques la douleur et le sang de ce peuple qu’il devrait servir.

Comme vous le savez bien, pendant trois mois en Ukraine, nous avons vécu des moments de protestation pacifique. D’aucuns disaient que les Ukrainiens ont découvert une nouvelle façon de protester : être simplement sur la place, ne pas bouger. Des centaines de milliers de personnes sont restées sur la place même lorsque la température est descendue à 29 degrés en-dessous de zéro.

Mais la semaine dernière, l’obscurité a recouvert la ville de Kiev : un tireur isolé a, de sang froid, tué plus de cent personnes. Des personnes qui aidaient les autres, qui voulaient sauver la vie des blessés. Vraiment ces victimes ont un peu réveillé le pays.

Nous avons ressenti un profond rejet de la violence. Toutes les Églises en Ukraine ont dit ouvertement non à la violence. Mercredi et jeudi derniers, nos cathédrales, la cathédrale latine, la cathédrale gréco-catholique, dans la ville de Kiev, se sont transformées en salles d’opération, dans lesquelles on opérait des personnes qui ne pouvaient pas être transportées ailleurs. Or ces jours de souffrance et de larmes ont réveillé la solidarité de façon surprenante. Nos Églises sont devenues les centres de la solidarité humaine et chrétienne et, grâce à cette humanité précisément, nous avons pu faire cesser la violence. D’aucuns disent : pour le moment. Personne ne sait en effet comment cela finira. C’est pourquoi je suis venu auprès de vous pour demander votre solidarité.

La Communauté de Sant’Egidio est connue dans le monde, car elle sait prier pour la paix. Je vous demande, peut-être chaque jour, au moins un Notre Père et un Ave Maria pour la paix en Ukraine.

Mais vous, non seulement vous priez, mais vous construisez la paix. Dans divers conflits à travers le monde, votre Communauté a vraiment été une médiatrice et une constructrice de la paix. Pour ce conflit aussi, nous demandons votre solidarité, votre coup de main.

Je suis convaincu que le Seigneur est présent aux côtés de ceux qui souffrent. Avant de partir pour Rome, j’ai visité ces hôpitaux clandestins du centre-ville. Je suis entré dans l’église luthérienne, juste à côté du bâtiment de l’administration du président, et là, dans cette église luthérienne, il y a toujours eu au moins dix personnes blessées. Quand j’ai voulu remercier le pasteur luthérien, celui-ci m’a dit : « Vous ne devez pas remercier, car nous avons compris que là-bas, sur la place, et ici, chez nous, le Christ est présent, dans la personne de ce blessé que nous voyons aujourd’hui parmi nous ».

Le Christ est présent, il est à l’œuvre, c’est lui notre espérance. C’est lui notre paix, c’est lui notre lumière et il nous ouvre vraiment, ainsi qu’aux autres, une possibilité pacifique : soigner les blessures. Pas seulement celles du corps.

Vraiment, il y a aujourd’hui des milliers de blessés. Certains pays européens limitrophes, comme la Pologne, la Slovaquie, la Tchéquie, ainsi que la Lituanie, ont accueilli des dizaines de blessés. Des jeunes de vingt ans ont perdu un bras, un œil.

Cette possibilité de soigner les blessures du corps est importante, mais il y a des blessures spirituelles ; les âmes aussi sont blessées. Nous devons faire cesser la haine, la rancœur. Nous devons soigner tout ce qui fait obstacle à la construction d’une paix véritable.

Que le Christ, qui est notre paix, soit avec nous tous. Amen


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
21 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Paix en Centrafrique : les leaders religieux de Bangui à Sant’Egidio relancent la plateforme pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT | CA
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres

IT | DE | FR | NL | RU
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
4 Juillet 2011

Rome - Pour les 40 ans du mouvement "Foi et Lumière", plus de 500 personnes handicapées ont prié avec Les Amis de la Communauté de Sant'Egidio, à Santa Maria in Trastevere

IT | EN | DE | FR | NL
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
8 Décembre 2016
Vatican Insider

Libia, Sant’Egidio: prima riconciliazione tra Misurata e Zintan

3 Décembre 2016
Radio Vaticana

Pace in Colombia: ex guerriglieri iniziano il disarmo

23 Novembre 2016
Il Fatto Quotidiano

Non solo faide, al Sud si parla di pace

22 Novembre 2016
Avvenire

Sant'Egidio. «Quella in Centrafrica non è una guerra di religione»

22 Novembre 2016
L'huffington Post

Se Bangui diventa il centro del mondo con il Cardinale, l'Imam e il Pastore

22 Novembre 2016
Osnabrücker Kirchenbote

Eine Kerze für jeden toten Flüchtling

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
16 Novembre 2016 | CERGY, FRANCE

Mondialisation et art de la paix : le rôle de Sant’Egidio, avec Andrea Riccardi

Toutes les réunions de prière pour la paix
• DOCUMENTS

Libya: The humanitarian agreement for the region of Fezzan, signed at Sant'Egidio on June 16th 2016 (Arabic text)

Nuclear Disarmament Symposium on the 70 th anniversary of the atomic bomb. Hiroshima, August 6 2015

tous les documents
• LIVRES

La parola di Dio ogni giorno 2017





San Paolo

Das Wort Gottes jeden Tag 2016/2017





Echter Verlag
tous les livres

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri